Sélection de la langue

Recherche

Archived

Cette page Web a été archivée dans le Web.

Évaluation de la formation dispensée à la collectivité fonctionnelle des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers (AGMBI)

Évaluation de la formation dispensée à la collectivité fonctionnelle des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers (AGMBI)
Division de l'évaluation, Août 2010

Table des matières

Liste des tableaux et des figures
Liste des acronymes
Résumé
1. Introduction
1.1 Contexte relatif à la formation en AGMBI
1.2 Justification et portée de l'évaluation
1.3 Modèle logique
1.4 Questions d'évaluation
1.5 Collecte de données et méthodologie
2. Résultats de l'évaluation
2.1 Pertinence : Cohérence avec les priorités du gouvernement fédéral
    et des ministères
2.2 Pertinence : Demande relative à la formation en AGMBI
2.3 Rendement : Gouvernance et administration
2.4 Rendement : Extrants et résultats de la formation
2.5 Rendement : Rentabilité et économies
Annexes
Annexe 1 : Grille d'évaluation de la formation en AGMBI
Annexe 2 : Collecte des données et méthodologie, par source de données
Annexe 3 : Considérations et limites relatives aux données
Annexe 4 : Sondage auprès des participants à la formation en AGMBI
Annexe 5 : Sondage auprès des formateurs en AGMBI
Annexe 6 : Responsables de la formation en AGMBI, Guide d'entrevue
Annexe 7 : Concepteurs des cours de la formation en AGMBI, Guide d'entrevue
Annexe 8 : Responsables de la formation en AGMBI des régions, Guide d'entrevue
Annexe 9 : Représentants de l'apprentissage mixte, Guide d'entrevue
Annexe 10 : Bureau de la gestion de la collectivité des AGMBI au SCT,
Guide d'entrevue

Liste des tableaux et des figures

Tableau 1.1 : Programme de formation en AGMBI
Figure 1.2 : Modèle logique du programme des AGMBI
Tableau 2.1 : Séances de cours en AGMBI dispensées, par genre de formation et région, de 2006-2007 à 2009-2010
Tableau 2.2 : Nombre de participants à la formation en AGMBI, par exercice financier et genre de formation
Tableau 2.3 : Présences en classe, par genre de formation et région, de 2006-2007 à 2009-2010
Tableau 2.4 : Satisfaction des apprenants (%), par cours sur les AGMBI
Tableau 2.5 : Indicateurs de la satisfaction des apprenants envers les cours de Campusdirect
Tableau 2.6 : Satisfaction des apprenants (sur une échelle de cinq points), par cours sur les AGMBI dispensé en classe
Figure 3.1 : Résultats immédiats liés aux extrants de la formation en AGMBI
Tableau 2.7 : Résultats de l'évaluation de niveau deux
Figure 3.2 : Résultats à moyen et à long terme liés à la tenue de la formation en AGMBI
Tableau 2.8 : Indicateurs de l'utilité des cours de formation offerts sur Campusdirect
Tableau 2.9 : Rétroaction des apprenants sur la réalisation de leurs objectifs d'apprentissage dans le cadre des cours d'AGMBI offerts en classe, par genre de formation
Tableau 2.10 : Coût total de la conception des cours en classe sur les AGMBI
Tableau 2.11 : Coûts directs de la prestation des cours en classe sur les AGMBI
Tableau 2.12 : Marge sur coûts directs de la prestation des cours en classe sur les AGMBI
Tableau 2.13 : Rentabilité globale de la prestation des cours en classe sur les AGMBI

Liste des acronymes

AGMBI
Acquisitions, gestion du matériel et biens immobiliers
BGC
Bureau de la gestion de la collectivité
BGPPP
Bureau de gestion du Programme de perfectionnement professionnel
CFI
Coordonnateur de la formation indispensable
FPC
Formation et perfectionnement Canada
ONGC
Office des normes générales du Canada
PE
Protocole d'entente
RMR
Rapport ministériel sur le rendement
RPP
Rapport sur les plans et les priorités
RCN
Région de la capitale nationale
SCT
Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
TPSGC
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada

Résumé

Contexte

Le présent rapport présente les résultats de l'évaluation des services de formation fournis par l'École de la fonction publique du Canada (l'École) à la collectivité fonctionnelle des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers (AGMBI). Cette évaluation a été réalisée dans la foulée du plan d'évaluation quinquennal de l'École. Elle porte sur 16 des cours élaborés pour les spécialistes fonctionnels des AGMBI, notamment ceux qui font partie de la formation indispensable prévue pour cette collectivité. En raison de la mise en œuvre de la Politique en matière d'apprentissage, de formation et de perfectionnement et de la Directive sur l'administration de la formation indispensable, on a choisi les exercices financiers de 2006-2007 à 2009-2010 comme période de référence pour cette évaluation.

Principales constatations

Pertinence
  • Les activités de formation en AGMBI concordent avec les priorités du gouvernement fédéral et de l'École.
  • La participation de l'École à la formation des spécialistes de la collectivité fonctionnelle des AGMBI répond à un besoin évident et devrait être poursuivie.
Efficience et économie
  • Les structures de gouvernance, les processus et les activités ont été conçus pour appuyer la formation en AGMBI. Cependant, il y a des obstacles à l'efficacité de leur mise en œuvre.
    • Recommandation 1a : Clarifier les fonctions respectives des intervenants internes de l'École.
    • Recommandation 1b : Élaborer et mettre en œuvre une stratégie complète de communication interne et de production de rapports.
    • Recommandation 2 : Le cas échéant, élaborer des stratégies de gestion du risque afin de favoriser l'efficacité des méthodes de gestion de projet.
    • Recommandation 3 : Élaborer une stratégie en matière d'assurance de la qualité adaptée aux questions clés relatives au contenu et envisager la possibilité de nommer une personne qui s'occupera spécialement de cette fonction.
  • Les méthodes de prestation de la formation en AGMBI de l'École sont rentables. De plus, l'École a pris des mesures pour améliorer l'efficience et l'efficacité de ses activités de conception et de prestation.
Atteinte des résultats escomptés
  • L'École a obtenu de bons résultats pour la formation en AGMBI qu'elle dispense. Toutefois, les résultats obtenus ne sont pas uniformes d'un domaine d'expertise ou d'une région à l'autre.
    • Recommandation 4 : Déterminer les aspects à améliorer afin de mieux faire cadrer le programme de formation en AGMBI avec les besoins en apprentissage des spécialistes en gestion des biens immobiliers et consulter les principaux intervenants pour définir les prochaines étapes.
    • Recommandation 5 : Inciter les principaux intervenants à élaborer une stratégie adaptée aux besoins en formation et aux réalités liées aux ressources des régions.
Conclusion

En général, la formation en AGMBI de l'École demeure pertinente et donne les résultats escomptés. On a dégagé des secteurs clés afin, d'une part, d'améliorer l'efficacité de la formation pour certains sous-groupes de la collectivité et d'autre part, d'augmenter l'efficience de la gestion de la formation. On s'attend à ce que la haute direction de la Direction générale de l'apprentissage individuel destinée au responsable de la programmation destinée aux collectivités fonctionnelles à l'École s'appuie sur les constatations et les recommandations énumérées ci-dessus pour déterminer les prochaines étapes à suivre afin d'assurer la mise à jour des cours actuels et le renouvellement de la formation destinée aux spécialistes de l'AGMBI dans l'avenir.

1. Introduction

1.1 Contexte relatif à la formation en AGMBI

La collectivité fonctionnelle des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers (AGMBI) se compose de fonctionnaires fédéraux qui travaillent dans au moins un domaine lié aux acquisitions, à la gestion du matériel ou aux biens immobiliers. Ces employés appartiennent à plus de 16 groupes professionnels différents et exercent diverses fonctions, comme l'approvisionnement, la gestion d'un parc automobile, la gestion d'un portefeuille de biens immobiliers ou la gestion englobant des locataires et des responsables, la gestion du matériel, la gestion des approvisionnements, l'entreposage, le transport, la gestion de projets ou l'ingénierie [Note de bas de page 1]. Bien qu'ils diffèrent à l'égard des fonctions particulières qui leur sont confiées, les membres de ces trois spécialités possèdent, sur les plans fonctionnel, professionnel et historique, des points communs qui, avec le temps, leur ont valu l'appellation de « communauté de pratique ». Chacun à leur façon, les spécialistes en AGMBI gèrent le cycle de vie (c.-à-d. la planification, l'acquisition, la mise en fonction, l'utilisation, l'entretien et l'aliénation) des biens gouvernementaux.

En 1998, le Comité consultatif sur la fonction de contrôleur moderne approuvait la création d'un Comité directeur de la gestion du matériel et des acquisitions, composé de cadres supérieurs de la collectivité des AGMBI provenant de l'ensemble de l'appareil gouvernemental. Ce comité et les sous-comités créés subséquemment ont préparé le terrain et apporté une importante contribution pour l'avancement du programme d'apprentissage de la collectivité. Néanmoins, au tournant du XXIe siècle, l'intérêt croissant du gouvernement envers la modernisation des pratiques de gestion dans la fonction publique, et aussi envers la promotion de la fonction de contrôleur moderne, a encouragé l'adoption d'une méthode pangouvernementale d'apprentissage et de perfectionnement professionnel pour tous les fonctionnaires, y compris pour les spécialistes fonctionnels des AGMBI.

En 2000, le Bureau de la gestion de la collectivité des AGMBI (anciennement le Bureau de gestion du Programme de perfectionnement professionnel) était formé au Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada (SCT). Le Bureau de la gestion de la collectivité (BGC) a été mis sur pied dans le but précis de favoriser à temps plein la mise en œuvre et l'amélioration du programme de perfectionnement professionnel à l'intention des spécialistes en AGMBI. Afin de répertorier les principaux vecteurs de changement, le BGC a commandé un rapport [Note de bas de page 2] pour obtenir l'opinion de divers acteurs du gouvernement fédéral quant aux difficultés en matière d'acquisitions, de gestion du matériel et de biens immobiliers éprouvées par les ministères et les organismes. Parmi les principaux problèmes mentionnés, ce rapport montrait un écart grandissant entre la nature de plus en plus complexe du travail exigé dans ces trois domaines d'expertise et les compétences et les capacités déployées par les membres de la collectivité.

Ces constatations ont fourni au BGC une orientation et l'ont fortement stimulé à poursuivre son travail relatif au programme de perfectionnement professionnel destiné à la collectivité. Le BGC a demandé à l'Office des normes générales du Canada (ONGC) de diriger, avec l'aide de la collectivité fonctionnelle des AGMBI, l'établissement de normes en matière de compétences essentielles et de connaissances de base pour la collectivité. Par la suite, en collaboration avec le BGC, l'ONGC a établi le Programme de certification de la collectivité des acquisitions et de la gestion du matériel du gouvernement fédéral afin d'accorder aux spécialistes de la collectivité une reconnaissance professionnelle pour les connaissances et les compétences de pointe dont ils ont besoin pour s'acquitter efficacement de leurs tâches.

Devant l'officialisation croissante des normes de connaissance et des profils de compétence, Formation et perfectionnement Canada (FPC), l'un des prédécesseurs de l'École de la fonction publique du Canada (l'École) a élaboré et dispensé plusieurs cours. Ces cours s'ajoutaient à ceux déjà offerts aux spécialistes de ces trois domaines par FPC et Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC). À mesure que le Programme de certification et les normes de compétence prenaient forme, FPC puis l'École (créée le 1er avril 2004) adaptaient et amélioraient leurs produits d'apprentissage.

Le 1er janvier 2006, le SCT mettait en place la Politique en matière d'apprentissage, de formation et de perfectionnement (la Politique d'apprentissage), laquelle prône que le renouvellement de la fonction publique passe par la constitution d'un effectif compétent, doté d'une solide formation et du sens du professionnalisme et guidé par de saines pratiques de gestion. Entre autres exigences, la Politique désigne l'École en tant qu'agent responsable de la conception et de la transmission des outils de formation et d'évaluation destinés à certains membres de l'administration publique centrale, y compris les spécialistes qui font partie de la collectivité fonctionnelle des AGMBI. En particulier, la Directive sur l'administration de la formation indispensable (la Directive) désigne l'École en tant que fournisseur de services pour la formation indispensable des spécialistes en AGMBI.

Par suite de l'adoption de la Politique d'apprentissage et de la Directive qui s'y rattache, et dans le but d'accélérer la mise en œuvre de la formation destinée à la collectivité fonctionnelle des AGMBI, un financement de trois ans (2005 à 2008) a été accordé à l'École pour qu'elle conçoive la formation indispensable et la dispense aux spécialistes de la collectivité. En juin 2006, la formation indispensable de l'École a été offerte, et ce, gratuitement pour les ministères, aux membres de la collectivité désignés en tant que spécialistes par les coordonnateurs de la formation indispensable (CFI) respectifs. Pour déterminer leur admissibilité, on a utilisé une définition normalisée et une description des rôles attribués aux employés de chaque domaine d'expertise représentés par la collectivité. Selon la Directive, une fois désignés, les spécialistes fonctionnels titulaires (en date de janvier 2006) avaient jusqu'au 31 mars 2009 pour terminer leur formation indispensable en AGMBI, tout comme les nouveaux spécialistes fonctionnels nommés après le 1er avril 2007. Les nouveaux spécialistes nommés après le 1er avril 2007 ont deux ans à partir de la date de leur nomination pour suivre la formation indispensable à l'École. Les employés qui travaillent dans les domaines des AGMBI et qui n'ont pas été désignés en tant que spécialistes par leur CFI peuvent tout de même s'inscrire aux cours de la formation indispensable en AGMBI aux fins de perfectionnement professionnel avec l'approbation de leur gestionnaire [Note de bas de page 3].

À l'heure actuelle, la collectivité fonctionnelle des AGMBI est l'une des plus avancées de son genre au sein du gouvernement, et compte quelque 10 000 fonctionnaires et employés en uniforme qui se consacrent à la gestion du cycle de vie des biens du gouvernement fédéral [Note de bas de page 4]. Bien que le format de certains de ces cours ait changé au fil du temps, l'École continue d'offrir le programme de formation obligatoire établi pour ces fonctionnaires, de même que des Perfectionnement professionnel. Plusieurs de ceux ci sont reconnus par l'ONGC dans le cadre du Programme de certification de la collectivité des acquisitions et de la gestion du matériel.

1.2 Justification et portée de l'évaluation

Le présent rapport présente les résultats de l'évaluation des services de formation fournis par l'École à la collectivité fonctionnelle des AGMBI. Cette évaluation a été réalisée dans la foulée du plan d'évaluation quinquennal de l'École, où elle figurait parmi les réalisations attendues pour l'exercice 2009-2010. En novembre 2009, le cadre de l'évaluation était approuvé par le Comité ministériel d'évaluation de l'École. Les activités d'évaluation ont débuté en décembre 2009 pour se terminer en juin 2010. Les constatations de ce rapport devraient aider les responsables de la formation en AGMBI de la Direction générale de l'apprentissage individuel ainsi que le Comité de direction et le Comité de gestion de l'École à déterminer la future orientation de la formation destinée à cette collectivité.

Au cours de la phase de planification de l'évaluation, on a consulté les gestionnaires responsables de la formation en AGMBI [Note de bas de page 5] chargés du portefeuille d'apprentissage de la collectivité fonctionnelle à l'École [Note de bas de page 6] pour établir la portée de l'évaluation. Cette évaluation portait principalement sur les cours de la formation indispensable, compte tenu, d'une part, du rôle qu'ils jouent dans l'acquittement des engagements de l'École aux termes de la Politique d'apprentissage et de la Directive connexe et, d'autre part, de leur contribution au Programme de perfectionnement professionnel et de certification de la collectivité. En raison des changements apportés à la formation en AGMBI après la mise en œuvre de la Politique d'apprentissage et de la Directive en 2006, on a choisi les exercices financiers de 2006-2007 à 2009-2010 comme période de référence pour cette évaluation.

Comme l'illustre le tableau 1.1, 16 des cours du programme de formation en AGMBI ont été retenus aux fins de l'évaluation. Tous les cours de la formation indispensable dispensés ont été examinés, de même que le Séminaire intégré : Cours de base 2 et 3 (M722) dont on a estimé qu'il faisait partie de la portée de l'évaluation parce qu'il était offert pendant la période examinée et qu'il appuyait la formation indispensable des spécialistes fonctionnels en AGMBI. Parmi les neuf Perfectionnement professionnel dispensés, sept ont été inclus dans cette évaluation. Par souci de commodité, les cours compris dans la portée de cette évaluation sont appelés « programme de formation en AGMBI » dans le reste du présent rapport.

Tableau 1.1 : Programme de formation en AGMBI

Programme de formation en AGMBI. Cours de formation indispensable. La première moitié du tableau énumère les cours de formation indispensable. Lisez la première colonne jusqu'à ce que vous trouviez le titre du cours, dont vous trouverez le code dans la colonne de droite. La deuxième moitié du tableau énumère les Perfectionnement professionnel recommandés. Lisez la première colonne jusqu'à ce que vous trouviez.
Cours de formation indispensable
Titre de cours [Note 1] Code
COURS DE BASE 1
Aperçu des acquisitions C235
Aperçu de la gestion du matériel C233
Aperçu de la gestion des biens immobiliers C234
Introduction aux acquisitions M718
Introduction à la gestion du matériel M704
Introduction à la gestion des biens immobiliers M721
COURS DE BASE 2
Outils de connaissance et de travail en matière d'AGMBI[Note 2] C137
Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers M714
COURS DE BASE 3
Les rouages du gouvernement et la gestion du cycle de vie des actifs M716
AUTRE
Séminaire intégré : Cours de base 2 et 3 M722
Perfectionnement professionnel recommandés
Titre de cours [Note 3] Code
Achats écologiques C215
Les considérations autochtones dans le cadre de l'approvisionnement C223
Le processus d'appel d'offres M004
Gestion des marchés de services M404
Élaboration d'un énoncé de travail et des critères d'évaluation M711
Aliénation des biens meubles excédentaires de l'État et recouvrement des investissements M715
Gestion des marchés M720

[1] Les cours indiqués en italique sont offerts sur Campusdirect Retourner au note 1 du tableau 1.1.

[2] Anciennement intitulé Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers Retourner au note 2 du tableau 1.1.

[3] Les cours indiqués en italique sont offerts sur Campusdirect Retourner au note 3 du tableau 1.1.

Le programme des AGMBI de l'École se compose de 12 cours en classe et de six cours offerts sur Campusdirect, l'environnement d'apprentissage en ligne de l'École. Pour satisfaire leurs exigences en matière de formation indispensable, les spécialistes fonctionnels des AGMBI doivent réussir trois cours de base 1 (un cours d'introduction de trois jours dans leur domaine d'expertise et deux cours Aperçu en ligne dans les autres domaines), deux cours de base 2 et le cours de base 3. Pendant les exercices 2007-2008 et 2008-2009, les spécialistes fonctionnels d'alors qui avaient cumulé trois années d'expérience ou plus dans leur poste avaient le choix d'assister au Séminaire d'intégration : Cours de base 2 et 3 (M722) au lieu d'assister aux cours de base 2 et 3. Si leur gestionnaire pouvait attester qu'ils avaient déjà acquis les connaissances et l'expérience requises, ils étaient également exemptés des cours de base 1.

1.3 Modèle logique

Au cours du processus de planification de l'évaluation, la Division de l'évaluation a collaboré avec les responsables de la formation en AGMBI de l'École pour établir un modèle logique du programme. Comme le montre la figure 1.2, ce modèle illustre les liens escomptés entre les activités de formation, les extrants et les résultats au fil du temps.

Figure 1.2 : Modèle logique du programme des AGMBI

Acquisitions, gestion du matériel et biens immobiliers

Agrandissement de la photo (version JPG, 184 Ko)

Equivalent textuel de Modèle logique du programme des AGMBI, figure 1.2

1.4 Questions d'évaluation

Une fois établi, le modèle logique a servi à définir les questions de recherche et les indicateurs à l'appui de l'évaluation [Note de bas de page 7]. On a conçu ces questions en prenant en considération les aspects essentiels de la pertinence et du rendement (c. à d. efficacité, efficience et économie) énoncés dans la Politique sur l'évaluation et la Directive sur la fonction d'évaluation du SCT.

Pertinence
  • La formation en AGMBI est-elle alignée sur les priorités du gouvernement fédéral et de l'École?
  • Le concours de l'École à la formation des membres de la collectivité des AGMBI fait-il l'objet d'une demande constante?
Rendement
  • Les résultats attendus sont-ils obtenus du fait que l'École fournit la prestation de la formation en AGMBI?
  • Les structures de gouvernance, les processus et les activités permettent-ils d'atteindre les résultats de formation attendus?
  • La formation est-elle dispensée de la manière la plus rentable qui soit, et l'École a-t-elle mis en œuvre des mesures d'efficience?

1.5 Collecte de données et méthodologie

Un nombre considérable de sources de données primaires et secondaires ont été utilisées pour étayer les constatations du présent rapport. La collecte de données primaires reposait notamment sur un sondage auprès des participants à la formation en AGMBI, sur un sondage auprès des formateurs en AGMBI et sur des entretiens avec d'autres intervenants qui ont participé à la conception et à la tenue de la formation. On a de plus examiné, lors de la phase de collecte des données, des documents et des dossiers administratifs, des documents et des rapports ministériels ainsi que les données d'évaluations des apprentissages, en tant que sources secondaires. Les détails relatifs à chacune de ces sources sont présentés à l'annexe 2, les considérations et les limites connexes à l'annexe 3. Enfin, des copies des outils utilisés pour les sondages et des guides d'entrevue employés dans les activités de collecte de données primaires sont fournies aux annexes 4 à 10 du présent rapport.

2. Résultats de l'évaluation

2.1 Pertinence : Cohérence avec les priorités du gouvernement fédéral et des ministères

La formation en AGMBI est-elle alignée sur les priorités du gouvernement fédéral et de l'École?

Les activités de formation en AGMBI concordent avec les priorités du gouvernement fédéral et de l'École.

Alignment with Federal Priorities

Un examen des documents gouvernementaux révèle la présence de liens entre la formation en AGMBI dispensée par l'École et les priorités actuelles du gouvernement fédéral, comme le montre la Politique d'apprentissage [Note de bas de page 8], selon laquelle il est essentiel au succès des activités gouvernementales d'offrir des possibilités de formation et de perfectionnement aux employés de la fonction publique dans l'administration publique centrale. La Politique énonce ce qui suit :

« L'apprentissage, la formation, le perfectionnement en leadership et le perfectionnement professionnel constituent des éléments clés pour répondre aux défis du XXIe siècle. L'acquisition de connaissances et d'habiletés ainsi que le développement du savoir-faire en matière de gestion et de leadership sont essentiels à une gestion efficace de la fonction publique - il s'agit de l'assise d'un gouvernement attentif à ses citoyens, responsable et novateur. »

Conformément à cette politique, la formation en AGMBI aide les administrateurs généraux à s'acquitter de leurs responsabilités relatives aux exigences en matière de formation des spécialistes fonctionnels des acquisitions, de la gestion du matériel et de la gestion des biens immobiliers. De ce fait, la formation appuie également la mise en œuvre de la Politique et l'exécution de la Directive [Note de bas de page 9].

L'importance que jouent les fonctions liées aux AGMBI dans le respect des engagements en matière de gestion du gouvernement est également illustrée dans la publication Des résultats pour les Canadiens et les Canadiennes : Un cadre de gestion pour le gouvernement du Canada, [Note de bas de page 10], qui dit :

« ... le gouvernement du Canada doit veiller à faire des dépenses judicieuses étant donné la rareté des fonds publics. [...] Les programmes en vigueur, et les propositions de nouvelles dépenses, doivent faire l'objet d'évaluations systématiques, et les ressources doivent être soumises à des contrôles efficaces. [...] Pour tenir ces engagements, il faut que les employés de la fonction publique à tous les niveaux et dans toutes les régions accordent la priorité aux intérêts des Canadiens et des Canadiennes et prêtent une attention soutenue aux valeurs et aux résultats. [Les employés] doivent pouvoir se fonder sur une culture organisationnelle qui valorise l'apprentissage, l'innovation, la participation, la diversité, la prise de risques éclairée et l'amélioration continue, tout en leur permettant de contribuer de leur mieux au bien-être du Canada. »

La formation des spécialistes fonctionnels dans les domaines des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers appuie la fonction de contrôleur moderne au gouvernement. En effet, elle renforce la capacité des fonctions liées aux AGMBI et fait en sorte que ces spécialistes possèdent les connaissances, les habiletés et les compétences communes nécessaires pour s'acquitter efficacement de leurs responsabilités. À cet égard, la formation en AGMBI répond aux priorités énoncées dans le Plan d'action sur l'imputabilité fédérale, [Note de bas de page 11], par lequel le gouvernement s'engage à revoir l'adjudication des contrats fédéraux et à répondre aux besoins en matière d'agrément et de formation des agents d'approvisionnement.

Dans son Dix-septième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada, [Note de bas de page 12], le greffier du Conseil privé indique que le renouvellement de la fonction publique demeure la priorité absolue en matière de gestion de la fonction publique de nos jours, soulignant l'importance de préparer les fonctionnaires « à recourir à de nouvelles méthodes de travail et à s'adapter aux nouveaux défis ». Ce point de vue était également partagé par le Comité consultatif sur la fonction publique nommé par le Premier ministre dans son Quatrième rapport au Premier ministre : Une fonction publique compétente et branchée, [Note de bas de page 13], dans lequel le renouvellement est qualifié de « stratégie de gestion essentielle [qui] garantit que la fonction publique a la capacité permanente de faire avancer les activités gouvernementales ». En conséquence, le Plan d'action 2010-2011 pour le renouvellement de la fonction publique [Note de bas de page 14] (ci après appelé « le Plan ») continue d'insister sur l'importance du perfectionnement des employés et sur la nécessité d'aider les administrateurs généraux à assumer leurs responsabilités relatives au renouvellement. Selon le Plan, « il est essentiel pour toute organisation à haut niveau de rendement de gérer ses talents au moyen d'une méthode systématique et intégrée de gestion du rendement et de l'apprentissage ». La formation en AGMBI dispensée par l'École aide les administrateurs généraux à honorer leurs engagements en matière de ressources humaines, y compris en ce qui concerne les initiatives de renforcement des capacités, et à établir une culture d'apprentissage durable au sein de leur organisation. De ce fait, la formation en AGMBI de l'École est en harmonie avec le plan d'action du gouvernement pour le renouvellement de la fonction publique et contribue à ce que la fonction publique produise des résultats pour les Canadiens et les Canadiennes.

Pertinence par rapport aux priorités ministérielles

Du point de vue ministériel, la formation en AGMBI continue d'appuyer le résultat stratégique de l'École, à savoir « Les fonctionnaires ont les connaissances communes et les compétences en leadership et en gestion dont ils ont besoin pour exercer leurs responsabilités envers les Canadiens », lequel est appuyé par quatre activités de programme. Selon le Rapport sur les plans et les priorités 2010-2011 (RPP) [Note de bas de page 15], la programmation destinée aux collectivités fonctionnelles :

« ...contribue directement à la première activité de programme, l'apprentissage de base, puisqu'il garantit que les membres des collectivités fonctionnelles acquièrent des connaissances et des compétences communes. »

Ce rapport définit également « l'appui aux collectivités fonctionnelles » comme une priorité opérationnelle permanente pour l'École. En relation avec cette priorité, l'École prévoit poursuivre son travail auprès des collectivités fonctionnelles en se concentrant sur la formation indispensable et « le réseautage et l'apprentissage entre pairs, notamment les connaissances spécialisées et les compétences qui sont nécessaires aux spécialistes fonctionnels pour exécuter leurs fonctions ».

Le Plan intégré 2008-2009 - 2010-2011 [Note de bas de page 16] souligne également la contribution de la programmation des collectivités fonctionnelles aux activités de perfectionnement professionnel et de formation de l'École. Ce plan indique que la formation des collectivités fonctionnelles des AGMBI constitue une priorité continue, et précise que l'École est déterminée à élaborer et à mettre en œuvre des stratégies d'apprentissage exhaustives pour les collectivités fonctionnelles, ce qui assurera une approche coordonnée en matière d'apprentissage pour les spécialistes fonctionnels et répondra à leurs besoins d'apprentissage particuliers, tout en prenant en considération les priorités gouvernementales » et à élaborer et à assurer l'offre de « cours professionnels fondamentaux pour les gestionnaires et les spécialistes de chaque collectivité fonctionnelle ciblée, et ce, dans le but d'accroître le professionnalisme et la base de connaissances de la fonction publique.

Conclusion

Cet examen des documents gouvernementaux démontre que la formation en AGMBI demeure pertinente à l'égard des priorités actuelles de gestion de la fonction publique et qu'elle est adaptée au plan d'action pour le renouvellement de la fonction publique du gouvernement fédéral. En appuyant les priorités opérationnelles de l'École et la programmation destinée à des collectivités fonctionnelles, les documents ministériels illustrent aussi la pertinence continue de la formation en AGMBI relativement à l'unique résultat stratégique de l'École.

2.2 Pertinence : Demande relative à la formation en AGMBI

Le concours de l'École à la formation des membres de la collectivité des AGMBI fait-il l'objet d'une demande constante?

La participation de l'École à la formation des spécialistes de la collectivité fonctionnelle des AGMBI répond à un besoin évident et devrait être poursuivi.

Pour déterminer ce qui précède, on a recueilli de l'information auprès des apprenants en AGMBI, au moyen d'entrevues avec les intervenants et auprès de sources en ligne. Lorsqu'on leur a demandé leur avis sur l'importance de la formation dispensée par l'École pour les membres de la collectivité, en moyenne 90,3 % des répondants au sondage sur les AGMBI ont affirmé que la formation en AGMBI de l'École était importante pour les trois fonctions assumées par la collectivité. D'après les commentaires formulés, les répondants étaient d'avis que la formation leur permettait d'améliorer leurs qualifications et de satisfaire aux exigences de certification et de reconnaissance professionnelle.

Les intervenants interrogés ont indiqué que, bien qu'il existe d'autres solutions en matière de formation pour les membres de la collectivité fonctionnelle des AGMBI, l'École demeure le principal fournisseur d'une méthode gouvernementale de formation dans ces domaines, comme le prouve une étude en ligne des outils et des services proposés par d'autres organisations [Note de bas de page 17]. Plusieurs des organisations offrent de la formation seulement dans une ou deux des spécialités exercées par la collectivité fonctionnelle des AGMBI. Certaines proposent une formation générale pertinente tant pour le secteur privé que pour le secteur public, alors que d'autres se concentrent sur des questions très pointues qui n'intéressent qu'une petite partie de la collectivité. De plus, bien que certaines de ces organisations permettent d'obtenir une certification et d'autres qualifications, aucune n'offre une formation qui puisse remplacer les cours de l'École jugés indispensables pour le Programme de certification de la collectivité des acquisitions et de la gestion du matériel.

En comparaison, la formation en AGMBI de l'École est adaptée aux besoins des spécialistes de la fonction publique fédérale dans les trois domaines exercés par la collectivité, et elle contribue au cursus spécialisé conçu pour le Programme de certification de la collectivité des acquisitions et de la gestion du matériel. Les cours de l'École sont élaborés et mis à jour en fonction des compétences essentielles énoncées dans la publication Compétences des membres de la collectivité des approvisionnements, de la gestion du matériel et des biens immobiliers du gouvernement fédéral [Note de bas de page 18] et ils offrent une méthode intégrée de formation en gestion du cycle de vie des biens fédéraux. Les candidats à la certification fédérale doivent suivre les cours de l'École pour satisfaire aux exigences en la matière. Selon l'Office des normes générales du Canada (ONGC), 611 fonctionnaires sont actuellement inscrits au Programme de certification. Bien qu'il n'existe, à l'heure actuelle, aucune certification pour les spécialistes des biens immobiliers, les entrevues avec les principaux intervenants laissent entendre que la collectivité s'efforce de favoriser la création d'un tel programme. Les commentaires des intervenants indiquent que l'École est consciente de ces efforts et que des mesures sont déjà en place pour assurer la tenue d'une formation complémentaire pour ce groupe.

Finalement, il faut que l'École continue de participer à la planification des futurs besoins d'apprentissage de la collectivité fonctionnelle des AGMBI. Compte tenu de l'importance accordée actuellement au renouvellement des politiques au sein du gouvernement, l'École devra établir une stratégie relative à la refonte de la formation des spécialistes en AGMBI afin de s'assurer que leurs connaissances et leurs habiletés demeurent à jour.

Conclusion

En général, les faits présentés dans cette section démontrent que l'École doit demeurer le principal partenaire en apprentissage des membres de la collectivité des AGMBI qui souhaitent obtenir une formation et une certification, malgré l'existence d'autres sources de formation.

2.3 Rendement : Gouvernance et administration

Les structures de gouvernance, les processus et les activités permettent ils d'atteindre les résultats de formation attendus?

Les structures de gouvernance, les processus et les activités ont été conçus pour appuyer la formation en AGMBI. Cependant, il y a des obstacles à l'efficacité de leur mise en œuvre.

Une structure de gouvernance, représentée tant par les intervenants internes qu'externes, a été établie pour encadrer la conception et la tenue de la formation destinée à la collectivité fonctionnelle des AGMBI. En tant que centre d'autorité fonctionnelle de la collectivité fonctionnelle des AGMBI, le Secrétariat du Conseil du Trésor (SCT) dirige l'élaboration du programme de formation des spécialistes fonctionnels des AGMBI et fournit l'orientation politique et l'expertise en la matière par l'entremise des travaux d'un sous ministre adjoint (SMA) champion, des chefs des collectivités, des dirigeants politiques, d'un secrétariat (le Bureau de la gestion de la collectivité) et de plusieurs groupes de travail et comités. Un protocole d'entente (ONGC) cadre régit la relation entre le Bureau de la gestion de la collectivité (BGC) et l'École. Des accords sur les niveaux de service (ANS) annuels créés en vertu de ce ONGC précisent les activités que l'École entreprendra chaque année en collaboration avec le BGC, définissent les modalités, déterminent les risques possibles et proposent des stratégies d'atténuation.

En tant qu'agent de prestation de services en formation, l'École collabore avec des conseillers pour concevoir et mettre sur pied les cours, et elle supervise l'administration et la prestation de la formation. Dans les cas où les cours ont été élaborés pour répondre à des besoins précis de formation de la collectivité, il est possible que des ministères et des organismes gouvernementaux choisis soient consultés pour formuler leurs commentaires sur le contenu des cours et la formule adoptée. Les cours sont habituellement dispensés par des conseillers engagés par l'École en vertu d'une offre à commandes. Bien que les activités de conception soient centralisées dans la région de la capitale nationale (RCN), la formation en AGMBI est administrée dans la RCN et aussi à l'échelle régionale dans les six campus de l'École. L'École est représentée au sein de la collectivité fonctionnelle des AGMBI grâce à ses travaux avec le BGC et à sa participation aux groupes de travail et aux comités (comme le Comité de révision du programme de certification en AGMBI, le Comité consultatif de la collectivité des AGMBI et le Comité directeur des DG de la collectivité des AGMBI).

Une étude des dossiers administratifs permet de constater que les fonctions respectives de chacun ont été définies, notamment dans les descriptions de travail du personnel interne de l'École, dans les énoncés de travail des concepteurs des cours, du corps professoral et des formateurs. Dans la même veine, on peut trouver des preuves de communication entre les groupes d'intervenants dans plusieurs documents. Des copies des courriers électroniques, des ordres du jour de réunions, des comptes rendus de décisions et des procès-verbaux illustrent le processus de consultation suivi par les groupes d'intervenants pour communiquer entre eux lors de la conception et de la prestation de la formation.

Toutefois, près de la moitié des intervenants interrogés (9 des 20 répondants) ont dit estimer que la structure de gouvernance posait problème et qu'il fallait la revoir. Leurs commentaires laissent entendre que les fonctions ne sont pas assez bien définies et que, par conséquent, elles ne sont pas correctement exercées. Par exemple, lorsqu'on les a interrogés, la plupart des intervenants ont admis qu'il existait des données sur la mesure du rendement, mais n'ont pas pu indiquer clairement qui était responsable de l'examen de ces données et de la production de rapports sur les résultats. Les intervenants ont aussi exprimé des réserves à l'égard des communications. À ce titre, ils ont cité des exemples de situation où ils se sentaient isolés et n'étaient pas au courant des activités réalisées par les autres intervenants qui participent à l'administration de la formation en AGMBI. Lorsqu'on leur a demandé s'ils aimeraient avoir accès à une tribune pour interagir avec les autres formateurs des AGMBI, 80 % des formateurs interrogés ont répondu qu'une telle plateforme serait utile. Finalement, les intervenants ont soulevé la question du manque de cohérence dans la coordination entre les divers groupes d'intervenants. Ils ont exprimé leur contrariété face au chevauchement des efforts et ont cité des occasions où les tâches avaient été accomplies par des intervenants à qui elles n'avaient pas été confiées ou encore où la même tâche avait involontairement été effectuée par plus d'un groupe d'intervenants. Bien que ces problèmes aient été mentionnés lors des discussions sur les activités de production de rapports entre l'École et les intervenants externes (8 des 20 répondants), ils l'ont essentiellement été à l'égard des activités de communication et de coordination des intervenants au sein de l'École (13 des 20 répondants).

De manière générale, les faits indiquent que le manque de précision des fonctions respectives de chacun et les faiblesses dans les communications et la coordination entre les groupes d'intervenants nuisent à l'efficacité de la gouvernance associée à la conception et à la tenue de la formation en AGMBI. Ces problèmes compliquent les relations entre intervenants et, par le fait même, entraînent des retards dans les activités liées à la formation. Bien que l'École ne puisse être tenue responsable des actions de tous les intervenants qui participent à la gouvernance du programme de formation en AGMBI, elle peut, en tant qu'intervenant clé, intervenir pour déterminer les points à améliorer à l'interne et pour régler les problèmes de communication et de coordination mentionnés ci-dessus.

Recommandation 1a : Clarifier les fonctions respectives des intervenants internes de l'École.

Recommandation 1b : Élaborer et mettre en œuvre une stratégie complète de communication interne et de production de rapports.

On a aussi étudié les documents et les dossiers administratifs et procéduraux pour déterminer la pertinence des processus et des autres activités mis en œuvre pour appuyer la conception et la prestation de la formation. On a recueilli de l'information auprès du domaine fonctionnel des AGMBI. On peut en déduire qu'il existe des descriptions de travail, des documents procéduraux, des lignes directrices et des normes, de même que des outils de gestion de projet, y compris des chartes de projet et des rapports d'étape. Lorsqu'on les a interrogés sur l'accessibilité des documents relatifs aux processus, 95 % des formateurs ont affirmé que les processus et les procédures de l'École relatifs à la prestation de la formation en AGMBI étaient bien définis et consignés.

Néanmoins, un examen de la rétroaction formulée par les intervenants laisse penser qu'il faut améliorer les processus relatifs à la gestion de projet et normaliser davantage les lignes directrices et les procédures, de même que les pratiques de gestion de l'information. Les intervenants ont également exprimé des réserves quant aux délais des activités de conception, précisant qu'ils sont souvent irréalistes et ne tiennent pas compte de la complexité des processus d'examen, de rétroaction et d'approbation établis entre les divers groupes d'intervenants. Par exemple, plusieurs intervenants ont affirmé que la rétroaction qui devait éclairer la prise de décisions se faisait parfois attendre, retard qui, d'après eux, perturbe le calendrier de travail établi. Encore une fois, compte tenu de la structure de gouvernance établie pour la formation en AGMBI, l'amélioration de ces processus et procédures ne relève pas de la seule responsabilité de l'École. Cependant, pour accroître l'efficacité de ses processus de planification et sa capacité à réagir à des retards imprévus, l'École pourrait prendre des mesures afin d'améliorer sa gestion de projet, en instaurant notamment une méthode plus rigoureuse de gestion du risque.

Recommandation 2 : Le cas échéant, élaborer des stratégies de gestion du risque afin de favoriser l'efficacité des méthodes de gestion de projet.

L'assurance de la qualité fait aussi partie des activités nécessaires pour appuyer la conception et la prestation de la formation de l'École. Actuellement, le processus d'assurance de la qualité de la formation en AGMBI consiste à proposer les nouveaux cours sous forme de projets pilotes avant leur date de lancement officielle, avec rétroaction informelle des participants aux cours et des formateurs, et réalisation et examen de sondages sur la satisfaction de niveau un à la fin de chaque essai. Les responsables de la formation en AGMBI ont travaillé à la mise sur pied d'un système de gestion de la qualité pendant l'exercice 2006-2007. Une quantité considérable de documents étayent ces processus. Par contre, le projet ne s'est jamais concrétisé. Plus de la moitié des formateurs interrogés ont cité des problèmes résultant de l'absence d'un tel système d'assurance de la qualité, à savoir des erreurs dans le contenu et des documents de cours désuets. Ce problème a aussi été soulevé dans les entrevues avec d'autres intervenants en AGMBI, quoique de nombreux répondants (12 sur 20) aient mentionné les contraintes de temps et de ressources qui limitent la faisabilité de la mise en œuvre d'un pareil processus. Suivant la Politique d'apprentissage, il incombe à l'École de dispenser et de mettre à jour les cours de manière à ce que les spécialistes fonctionnels des AGMBI reçoivent une formation conforme aux normes applicables établies par l'employeur (le SCT). L'existence de contenu de cours désuet ou inexact compromet cette fonction et soulève des doutes quant à la qualité des documents de cours que l'École présente aux participants à la formation en AGMBI.

Recommandation 3 : Élaborer une stratégie en matière d'assurance de la qualité adaptée aux questions clés relatives au contenu et envisager la possibilité de nommer une personne qui s'occupera spécialement de cette fonction.

Conclusion

Comme la section ci-dessus l'illustre, une documentation substantielle démontre l'existence de structures de gouvernance, de processus et d'activités. Cependant, les faits laissent entendre qu'il existe également des obstacles à leur mise en œuvre : les fonctions respectives de chacun ne sont pas clairement définies, la communication et la coordination sont instables, et certains des postulats sous-jacents aux activités de projet ne concordent pas avec les réalités relatives au temps et aux ressources. Mis ensemble, ces obstacles entraînent des doutes quant à l'efficacité des activités administratives se rattachant à la conception et à la prestation de la formation en AGMBI, et quant à leurs effets sur l'atteinte des résultats de la formation.

2.4 Rendement : Extrants et résultats de la formation

Les résultats attendus sont-ils obtenus du fait que l'École fournit la formation en AGMBI?

L'École a obtenu de bons résultats pour la formation en AGMBI qu'elle dispense. Toutefois, les résultats obtenus ne sont pas uniformes d'un domaine d'expertise ou d'une région à l'autre.

Cours dispensés et présences aux cours

On a recueilli des données auprès de la Division de l'information et des rapports sur l'apprentissage afin d'évaluer les deux extrants de formation liés au programme des AGMBI, à savoir les cours dispensés et les participants ayant reçu la formation. De 2006 2007 à 2009-2010, l'École a dispensé 1 102 séances dans le cadre du programme de formation en AGMBI. La plupart de ces séances (76,2 %) faisaient partie de la formation indispensable destinée aux spécialistes fonctionnels. Toutefois, l'École a également dispensé 262 séances complémentaires à l'appui du perfectionnement professionnel de la collectivité (tableau 2.1).

Une analyse des données permet de constater que, de 2006-2007 à 2009-2010, les six bureaux régionaux de l'École ont offert un peu plus de cours que la RCN. Les données relatives à l'inscription indiquent que 42,1 % des séances de cours de la formation indispensable en AGMBI ont été dispensées dans la RCN, comparativement à 57,9 % dans les régions. On a obtenu des résultats semblables pour les Perfectionnement professionnel en AGMBI : 56,5 % des séances ont eu lieu dans les bureaux régionaux, et les 43,5 % restants, dans la RCN. Qu'il s'agisse de la formation indispensable ou du perfectionnement professionnel, la plupart des séances dispensées en région l'ont été dans les régions du Québec et de l'Atlantique. C'est dans les régions de l'Ontario et du Centre des Prairies qu'a été dispensé le plus faible nombre de séances en AGMBI. Bien que cette constatation s'impose dans les deux genres de formation, la tendance était plus prononcée dans les Perfectionnement professionnel.

Tableau 2.1 : Séances de cours en AGMBI dispensées, par genre de formation et région, de 2006-2007 à 2009-2010

Séances de cours en AGMBI dispensées, par genre de formation et région, de 2006-2007 à 2009-2010. Lisez la première colonne jusqu'à ce que vous trouviez la région qui vous intéresse. Lisez ensuite vers la droite, où vous trouverez les cours de formation indispensable (nombre et pourcentage) et les Perfectionnement professionnel (nombre et pourcentage). Le total de toutes les colonnes figure à la dernière ligne du tableau.
Région Cours de la formation indispensable Perfectionnement professionnel
Séances
(#)
Séances
(%)
Séances
(#)
Séances
(%)
Capitale nationale 354 42,1 114 43,5
Autres régions 486 57,9 148 56,5
Atlantique 95 11,3 42 16,0
Québec 85 10,1 32 12,2
Ontario 72 8,6 14 5,3
Centres des Prairies 57 6,8 14 5,3
Alberta, Territoires
du Nord Ouest
et Nunavut
89 10,6 17 6,5
Pacifique et Yukon 88 10,5 29 11,1
Total 840 100 262 100

Selon les registres des présences, de 2006-2007 à 2009-2010, 21 889 apprenants [Note de bas de page 19] ont suivi au moins un cours du programme des AGMBI (tableau 2.2). Au total, 18 733 apprenants ont suivi des cours de la formation indispensable. Sur ce nombre, 12 676 apprenants ont reçu leur formation indispensable en classe. On a également examiné les cours en AGMBI pour évaluer le taux de présence des spécialistes des AGMBI, le public cible de la formation. Lorsqu'on les subdivise, les données révèlent que la plupart des participants à la formation indispensable (environ 83,0 %) ont été désignés par leur CFI en tant que spécialistes tenus de suivre cette formation, tandis que le reste des apprenants y ont participé à des fins personnelles de perfectionnement professionnel.

Outre les participants à la formation en classe, 6 046 apprenants ont suivi des cours de formation indispensable sur Campusdirect, l'environnement d'apprentissage en ligne de l'École. Un peu plus de la moitié des apprenants (55,2 %) inscrits en ligne étaient des spécialistes des AGMBI désignés comme tels par le CFI de leur ministère ou organisme. On remarque que la proportion de spécialistes des AGMBI qui ont suivi la formation en ligne est inférieure à celle des spécialistes qui ont reçu leur formation en classe. Cette tendance résulte probablement du fait que tous les fonctionnaires peuvent s'inscrire aux modules de la formation indispensable offerts en ligne. Enfin, les données relatives aux inscriptions indiquent que 3 167 autres apprenants - désignés en tant que spécialistes fonctionnels ou non désignés en tant que tel, mais faisant partie d'autres domaines fonctionnels - ont suivi des cours de perfectionnement professionnel en AGMBI en classe.

Tableau 2.2 : Nombre de participants à la formation en AGMBI, par exercice financier et genre de formation

Nombre de participants à la formation en AGMBI, par exercice financier et genre de formation. Lisez la première colonne jusqu'à ce que vous trouviez le genre de formation qui vous intéresse. Lisez ensuite vers la droite, où vous trouverez les présences aux cours sur les AGMBI (nombre d'apprenants) en 2006 2007, 2007-2008, 2008-2009 et 2009-2010. Le total de toutes les catégories figure à la dernière colonne. Le total des cours de formation indispensable figure par exercice à la quatrième ligne et le total de tous les cours de formation est indiqué par exercice à la dernière ligne du tableau. Trois notes importantes figurent sous le tableau.
Genre de formation Présences aux cours sur les AGMBI (nbre d'apprenants) Total Présences aux cours sur les AGMBI (nbre d'apprenants) Totals
2006- 2007 2007- 2008 2008- 2009 2009-
2010 [Note 1]
Formation indispensable en classe 2,320 5,736 3,785 835 12,676
Formation indispensable Campusdirect [Note 2] - - 4,939 1,107 6,046
Total Formation indispensable 2,320 5,736 8,724 1,942 18,722
Perfectionnement professionnel [Note 3] en classe 563 829 1,300 475 3,167
Total, tous genres confondus 2,883 6,565 10,024 2,417 21,889

[1] Les données représentent la première moitié de 2009-2010 seulement (1er avril au 30 septembre 2009). Retourner au note 1 du tableau 2.2

[2] Les cours de la formation indispensable en AGMBI sont offerts sur Campusdirect depuis l'exercice 2008-2009. Retourner au note 1 du tableau 2.2

[3] Les données complètes relatives aux cours de perfectionnement professionnel sur Campusdirect n'étaient pas accessibles. Voir l'annexe 3. Retourner au note 1 du tableau 2.2

Comme il a été mentionné dans la section précédente du présent rapport, les cours du programme de formation en AGMBI sont également dispensés dans les régions. On a étudié plus en détail les présences afin de déterminer la distribution des séances dispensées dans les régions (tableau 2.3). Cette analyse montrent que, au cours de la période examinée, le nombre de participants se divisait presque à parts égales entre la RCN (50,4 %) et les régions (49,6 %). Les tendances générales relatives à la participation aux cours de perfectionnement professionnel sont comparables : 51,9 % des participants aux cours auraient reçu leur formation dans la RCN. En comparant les campus régionaux, on constate qu'en dehors de la RCN, le taux de présence aux cours est plus élevé dans les régions de l'Atlantique et du Québec et plus faible celles du Centre des Prairies, de l'Alberta ainsi que des Territoires du Nord Ouest et du Nunavut. On a observé cette tendance tant dans les cours de la formation indispensable que dans les cours de perfectionnement professionnel.

Tableau 2.3 : Présences en classe, par genre de formation et région, de 2006-2007 à 2009-2010

Présences en classe, par genre de formation et région, de 2006-2007 à 2009 2010. Lisez la première colonne jusqu'à ce que vous trouviez la région qui vous intéresse. Lisez ensuite vers la droite, où vous trouverez les cours de formation indispensable (nombre et pourcentage d'apprenants) et les cours de perfectionnement professionnel (nombre et pourcentage d'apprenants). Le total de toutes les colonnes figure à la dernière ligne du tableau.
Région Formation indispensable Perfectionnement professionnel
Apprenants
(nbre
Apprenants
(nbre
Apprenants
(nbre
Apprenants
(%)
National Capital 6,393 50.4 1,645 51.9
Autres régions 6,283 49.6 1,522 48.1
Atlantique 1,276 10.1 483 15.3
Québec 1,247 9.8 267 8.4
Ontario 1,035 8.2 215 6.8
Centre des prairies 703 5.5 166 5.2
Alberta, Territoires du Nord Ouest et Nunavut 882 7.0 129 4.1
Pacifique et Yukon 1,140 9.0 262 8.3
Total 9,676 100 3,167 100

Finalement, l'analyse des présences aux cours montre une hausse notable dans la proportion d'apprenants qui s'inscrivent et assistent effectivement aux cours en AGMBI dispensés en classe. L'analyse de profil, réalisée par l'Équipe des stratégies de marketing et de l'analyse de la clientèle de l'École, révèle qu'un nombre modéré d'inscrits a suivi les cours jusqu'à la fin, à savoir 54 % en 2006-2007 et 53 % en 2007-2008. Dans les dernières années, toutefois, ce taux s'est amélioré, 70 % des inscrits ayant terminé leurs cours en 2008-2009 et 79 % en 2009-2010. Bien qu'il soit impossible de formuler une explication précise à ce sujet, cette amélioration correspond à des changements qui se sont produits dans le financement alloué à la formation, et plus précisément au changement apporté en 2008, par lequel la responsabilité des frais de formation est passée du SCT aux ministères et aux organismes.

Satisfaction

Bien que la satisfaction ne constitue pas un résultat immédiat visé par le modèle logique élaboré pour le programme de formation en AGMBI, on a examiné la satisfaction des apprenants (niveau un) afin d'étayer les constatations de l'évaluation. L'École emploie généralement cet indicateur aux fins d'assurance de la qualité et de production de rapports. On a donc estimé qu'il constituait un outil de mesure essentiel au rendement. Une analyse des données sur la satisfaction obtenues auprès de l'équipe d'évaluation de niveau un indique qu'en moyenne, 89,5 % des répondants au sondage étaient satisfaits des cours en classe qu'ils avaient suivis dans le cadre du programme de formation en AGMBI (tableau 2.4). Lorsqu'on les regroupe par genre (formation indispensable et perfectionnement professionnel), ces deux ensembles de cours présentent en moyenne un fort taux de satisfaction (88 % et 91 % respectivement). Parmi les cours de la formation indispensable, le cours Introduction aux acquisitions (M718) a constamment obtenu une excellente cote de satisfaction, à savoir 94,6 %, pendant la période examinée. Lorsqu'on compare les données de la RCN avec celles des régions, on n'observe aucune différence notable dans la satisfaction globale.

Tableau 2.4 : Satisfaction des apprenants (%), par cours sur les AGMBI dispensé en classe

Satisfaction des apprenants (%), par cours sur les AGMBI. La première moitié du tableau énumère les cours de formation indispensable. Lisez la première colonne jusqu'à ce que vous trouviez le titre du cours. Lisez ensuite vers la droite, où vous trouverez le code du cours et la satisfaction globale des apprenants en pourcentage. Le taux de satisfaction moyen des cours de formation indispensable est indiqué à la huitième ligne du tableau. La deuxième moitié du tableau (en commençant à la neuvième ligne) indique la satisfaction des apprenants à l'égard des cours de perfectionnement professionnel. Lisez la première colonne jusqu'à ce que vous trouviez le titre du cours. Lisez ensuite vers la droite, où vous trouverez le code du cours et la satisfaction globale des apprenants en pourcentage. Le taux de satisfaction moyen à l'égard des cours de perfectionnement professionnel est indiqué à la seizième ligne du tableau. Le taux de satisfaction global des apprenants est indiqué en pourcentage à la dernière ligne du tableau. Une note importante figure sous le tableau.
Titre de cours, par genre de formation Code Satisfaction
globale
(%)
[Note 1]
Formation indispensable
Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers M714 81,2
Les rouages du gouvernement et la gestion du cycle de vie des actifs M716 83,2
Introduction à la gestion des biens immobiliers M721 88,3
Introduction à la gestion du matériel M704 92,7
Introduction aux acquisitions M718 94,6
Average - Formation indispensable 88,0
Perfectionnement professionnel
Titre de cours Code Satisfaction
globale
(%)
[Note 2]
Gestion des marchés M720 88,7
Élaboration d'un énoncé de travail et des critères d'évaluation M711 89,8
Gestion des marchés de services M404 90,0
Le processus d'appel d'offres M004 91,3
Aliénation des biens meubles excédentaires de l'État et recouvrement des investissements M715 95,3
Moyenne, perfectionnement professionnel 91,0
MOYENNE GLOBALE 89,5

[1] Ces pourcentages représentent les personnes qui ont répondu « entièrement d'accord » et « d'accord » à l'énoncé « Dans l'ensemble, je suis satisfait(e) de l'activité d'apprentissage ». Retourner au note 1 du tableau 2.4

[2] Ces pourcentages représentent les personnes qui ont répondu « entièrement d'accord » et « d'accord » à l'énoncé « Dans l'ensemble, je suis satisfait(e) de l'activité d'apprentissage ». Retourner au note 2 du tableau 2.4

On a aussi analysé les données de niveau un sur la satisfaction pour les autres cours en AGMBI offerts sur Campusdirect. Pour l'ensemble des cours examinés, 79,2 % des répondants étaient d'avis que le contenu de leur cours en ligne en AGMBI était exact et à jour (tableau 2.5). De plus, la plupart des répondants au sondage ont affirmé que l'environnement de Campusdirect était une solution convenable pour les cours en AGMBI. Dans les six cours examinés, 83,8 % des répondants étaient d'avis que l'apprentissage en ligne était une méthode de prestation appropriée pour les matières étudiées. Plus précisément, la grande majorité des répondants (91,2 %) étaient d'avis que l'apprentissage en ligne était approprié pour le cours Les considérations autochtones dans le cadre de l'approvisionnement (C223), en opposition au cours Outils de connaissance et de travail en matière d'AGMBI (C137), qui a obtenu le plus faible pourcentage (72,1 %). Un examen des commentaires formulés par les apprenants laisse penser qu'il faudrait améliorer certains aspects. Dans tous les cours en ligne examinés, les apprenants ont dit avoir éprouvé des difficultés avec la navigation sur le site, avec des liens désuets ou périmés et avec l'impression des documents de cours.

Tableau 2.5 : Indicateurs de la satisfaction des apprenants envers les cours de Campusdirect

Indicateurs de la satisfaction des apprenants envers les cours de Campusdirect. La première moitié du tableau énumère les cours de formation indispensable. La deuxième moitié du tableau (en commençant à la septième ligne) indique les cours de perfectionnement professionnel. Lisez la première colonne jusqu'à ce que vous trouviez le titre du cours. Lisez ensuite vers la droite, où vous trouverez le code du cours, le pourcentage d'apprenants qui ont trouvé que « le contenu était exact et à jour » et le pourcentage d'apprenants qui ont trouvé que « l'apprentissage en ligne était une méthode pédagogique appropriée pour la matière choisie ». Le total pour les cours de formation en AGMBI en ligne est indiqué à la dernière ligne du tableau. Une note importante figure sous le tableau.
Titre de cours Code « Le contenu était exact et à jour. » [Note 1](%) « L'apprentissage en ligne était une méthode pédagogique appropriée pour la matière choisie. » [Note 2] (%)
Formation indispensable
Aperçu de la gestion du matériel C233 83.8 83.9
Aperçu de la gestion des biens immobiliers C234 74.6 84.1
Aperçu des acquisitions C235 82.1 87.5
Outils de connaissance et de travail en matière d'AGMBI C137 74.0 72.1
Perfectionnement professionnel
Les considérations autochtones dans le cadre de l'approvisionnement C223 82.5 91.2
Achats écologiques C215 79.0 86.1
TOTAL, cours de formation en AGMBI en ligne 79.2 83.8

[1] Ces pourcentages représentent les personnes qui ont répondu « entièrement d'accord » et « d'accord » aux énoncés. Retourner au note 1 du tableau 2.5

[2] Ces pourcentages représentent les personnes qui ont répondu « entièrement d'accord » et « d'accord » aux énoncés. Retourner au note 2 du tableau 2.5

Selon les indicateurs et les objectifs de rendement énoncés dans le Plan intégré 2008-2009 - 2010-2011 [Note de bas de page 20] de l'École, une cote de satisfaction de quatre sur cinq équivaut à un rendement satisfaisant des activités de la programmation destinée à la collectivité fonctionnelle mises en œuvre par l'École. D'après cet indicateur de succès, un examen des données de niveau un montre que huit cours en classe sur dix ont obtenu plus de quatre sur cinq pour ce qui est de la satisfaction globale des apprenants (tableau 2.6). Deux des cours de la formation indispensable de l'École, soit Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers (M174) et Les rouages du gouvernement et la gestion du cycle de vie des actifs (M176), ont obtenu des cotes légèrement inférieures, soit 3,82 et 3,83 respectivement.

Tableau 2.6 : Satisfaction des apprenants par cours sur les AGMBI dispensé en classe

Satisfaction des apprenants par cours sur les AGMBI dispensé en classe. La première moitié du tableau énumère les cours de formation indispensable. La deuxième moitié du tableau (en commençant à la huitième ligne) indique les cours de perfectionnement professionnel. Lisez la première colonne jusqu'à ce que vous trouviez le cours qui vous intéresse. Lisez ensuite vers la droite, où vous trouverez le code du cours et la satisfaction globale sur une échelle de cinq points. Une note importante figure sous le tableau.
Titre de cours, par genre de formation Code Satisfaction globale (échelle de 5 points)[Note 1]
Formation indispensable
Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers M714 3.82
Les rouages du gouvernement et la gestion du cycle de vie des actifs M716 3.83
Introduction à la gestion des biens immobiliers M721 4.07
Introduction à la gestion du matériel M704 4.28
Introduction aux acquisitions M718 4.39
Perfectionnement professionnel
Le processus d'appel d'offres M004 4.12
Gestion des marchés M720 4.13
Élaboration d'un énoncé de travail et des critères d'évaluation M711 4.19
Gestion des marchés de services M404 4.25
Aliénation des biens meubles excédentaires de l'État et recouvrement des investissements M715 4.29

[1] La cote de satisfaction indique la réponse moyenne à l'énoncé « En général, je suis satisfait de l'activité d'apprentissage » et varie de 1, « fortement en désaccord », à 5, « entièrement d'accord ». Retourner au note 1 du tableau 2.6

Les entrevues avec les responsables de la formation en AGMBI indiquent que l'École est déjà au courant du rendement de ces cours et attribue en grande partie ces degrés de satisfaction moins élevés à des problèmes de public-cible. Les dossiers administratifs indiquent que, contrairement aux cours d'introduction du programme de formation en AGMBI, desquels les spécialistes des AGMBI d'expérience peuvent être exemptés selon leur formation et leur expérience préalables, les cours M714 et M716 font partie des cours de la formation indispensable pour tous les spécialistes des AGMBI. À l'origine, ces cours ont été conçus pour les spécialistes fonctionnels de premier échelon ayant moins de trois ans d'expérience. Les intervenants interrogés laissent entendre que les spécialistes fonctionnels d'expérience, d'une part, estiment que ces cours sont trop élémentaires et, d'autre part, paraissent contrariés d'être obligés d'y assister. Pour résoudre ce problème, les responsables de la formation en AGMBI ont élaboré et proposent maintenant le Séminaire intégré : Cours de base 2 et 3 (M722), une mesure de formation provisoire destinée à accélérer la formation des spécialistes titulaires ayant plus de trois ans d'expérience. D'après les intervenants, ce séminaire dépasse les attentes et suscite une grande satisfaction et des commentaires positifs des apprenants. Forte de cette expérience, l'École envisage maintenant d'élaborer une nouvelle formule de cours en tenant compte des leçons qu'elle a apprises en administrant le séminaire M722. Le succès de ce nouveau format sera examiné plus en profondeur lors de la prochaine évaluation du programme de formation en AGMBI.

Il convient de remarquer que ces cours ne sont pas les seuls du programme de formation en AGMBI pour lesquels on a soulevé la question du public-cible. Parmi les intervenants interrogés, la moitié (10 sur 20 sujets interrogés) ont fait savoir que les cours du programme en AGMBI sont essentiels aux nouveaux employés de la collectivité fonctionnelle, mais ont de la difficulté à susciter l'intérêt des spécialistes des AGMBI d'expérience. De plus, 41,2 % des formateurs qui ont répondu au sondage ont dit douter que le bon groupe d'apprenants suivait cette série de cours.

Les données qualitatives fournies par les questionnaires d'évaluation de niveau un révèlent que les répondants sont principalement satisfaits de l'utilisation d'études de cas et d'exercices pratiques, de la qualité des formateurs et de la possibilité qu'ils ont de réseauter avec leurs homologues d'autres ministères afin d'échanger sur les pratiques exemplaires et les leçons apprises. Une analyse plus poussée montre que les principales réserves des répondants ont trait au contenu et au format des cours, à leur public-cible et à l'accessibilité de la formation. Les répondants ont dit souhaiter que le contenu des cours soit plus approfondi et que les cours s'appuient davantage sur des scénarios pratiques et concrets. Suivant l'opinion exprimée par d'autres intervenants en formation, plusieurs répondants ont indiqué que le mauvais public assistait aux cours, nombre d'entre eux affirmant qu'ils se sentaient surqualifiés pour certains des cours en AGMBI auxquels ils avaient participé. Les répondants ont également exprimé de la contrariété quant au moment, à l'emplacement et à la fréquence auxquels les cours étaient proposés dans le programme de formation en AGMBI. Un examen des commentaires effectué par catégorie des cours (formation indispensable et perfectionnement professionnel) révèle certaines différences dans les principaux doutes exprimés par les apprenants au sujet de la formation en AGMBI. La mise à jour du contenu constituait le principal sujet d'insatisfaction des participants à la formation indispensable en AGMBI offerte par l'École, alors que les participants aux cours de perfectionnement professionnel ont essentiellement dit qu'ils aimeraient que les cours s'appuient davantage sur des exemples et des études de cas pratiques et concrets.

On a aussi dégagé des constatations semblables du sondage auprès des apprenants en AGMBI réalisé par la Division de l'évaluation. Des 856 commentaires codés sur la satisfaction des répondants, 251 commentaires avaient trait à la conception de la formation, et plus particulièrement à l'échange des pratiques exemplaires facilité par le réseautage en classe (132 commentaires) ou à l'utilisation d'études de cas et d'exercices en groupe (101 commentaires). Cependant, les répondants ont aussi exprimé des réserves à l'égard de certains aspects de la formation (814 commentaires). En particulier, ils ont exprimé leur insatisfaction envers la conception des cours (173 commentaires), notamment envers la durée des cours (44 commentaires), leur administration (94 commentaires) et leur contenu (76 commentaires). La question du public-cible (59 commentaires) est également revenue à de nombreuses reprises dans les commentaires formulés par les répondants, nombre d'entre eux ayant fait savoir que les cours s'adressaient davantage aux débutants de la collectivité des AGMBI.

Transfert des connaissances

Le modèle logique élaboré pour le programme de formation en AGMBI montre que les participants aux cours devraient atteindre cinq résultats immédiats par suite de leur participation à la formation en AGMBI. Comme il est illustré ci dessous (figure 3.1), ces cinq résultats se rattachent au transfert des connaissances.

Figure 3.1 : Résultats immédiats liés aux extrants de la formation en AGMBI

Résultats immédiats liés aux extrants de la formation en AGMBI

Agrandissement de la photo (version JPG, 91 Ko)

Equivalent textuel de Résultats immédiats liés aux extrants de la formation en AGMBI, figure 3.1

Pour évaluer le rendement de la formation par rapport à ces résultats escomptés, on a demandé aux répondants au sondage sur les AGMBI d'attribuer une cote au programme de formation en AGMBI d'après plusieurs indicateurs du transfert des connaissances. Pour l'ensemble des indicateurs des connaissances utilisés, en moyenne, 75,3 % des répondants au sondage ont affirmé avoir appris quelque chose grâce aux cours sur les AGMBI de l'École.

Une comparaison de la rétroaction de différents groupes de répondants au sondage permet de mettre en lumière des divergences d'opinions. Comparativement à leurs homologues qui ont suivi la formation en AGMBI dans la RCN, les répondants des régions étaient moins nombreux à penser qu'ils avaient acquis des connaissances d'après les indicateurs utilisés. En moyenne, 60 % des répondants qui n'estimaient pas avoir acquis de connaissances avaient suivi la plus grande partie ou la totalité de leur formation en région. On a aussi observé cette tendance au sein du groupe des spécialistes des biens immobiliers qui, par rapport aux spécialistes des acquisitions et de la gestion du matériel, ont répondu moins favorablement aux énoncés relatifs au gain de connaissances. Cette deuxième constatation étaye les réserves exprimées dans le Diagnostic de la collectivité des AGMBI, selon lequel la collectivité estime que la formation dispensée à l'École est trop élémentaire et théorique pour les spécialistes des biens immobiliers, qu'elle n'entre pas assez dans les détails et qu'elle ne permet pas d'acquérir les connaissances pratiques nécessaires à l'exécution de leurs tâches.

Pour démontrer davantage l'atteinte des résultats immédiats de la formation, on a réalisé une évaluation de niveau deux pour quatre cours compris dans le programme des AGMBI, à savoir deux cours de la formation indispensable (M714 et M718) et deux cours de perfectionnement professionnel (M004 et M720). L'analyse des résultats des questionnaires avant et après le cours révèle que, en moyenne, les apprenants des quatre cours ont réalisé un gain de connaissances [Note de bas de page 21] moyen à élevé du fait de leur participation à la formation (tableau 2.7). Dans les quatre cours examinés, les apprenants ont réalisé le gain de connaissances le plus important (38 %) grâce au cours de la formation indispensable Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers (M714). Par ailleurs, le plus faible gain de connaissances (10 %) a été réalisé par les participants au cours de perfectionnement professionnel Gestion des marchés (M720). Un examen des résultats moyens obtenus lors des questionnaires préalables au cours révèle que les groupes d'apprenants de deux de ces cours (M004 et M720) avaient obtenu de bonnes notes en matière de connaissances avant de suivre leur cours en AGMBI. Selon les principes directeurs de l'évaluation de niveau deux, une moyenne de 60 % et plus avant le cours est considérée comme une note élevée et indique de solides connaissances dans la matière. Cette constatation pourrait expliquer le rendement de deux de ces cours (M004 et M720).

Tableau 2.7 : Résultats de l'évaluation de niveau deux

Résultats de l'évaluation de niveau deux. La première moitié du tableau énumère les cours de formation indispensable. La deuxième moitié du tableau (en commençant à la cinquième ligne) indique les cours de perfectionnement professionnel. Lisez la première colonne jusqu'à ce que vous trouviez le cours qui vous intéresse. Lisez ensuite vers la droite, où vous trouverez le code du cours, les notes après le cours, le gain de connaissances (en points de pourcentage) et le gain de connaissances (degré). Deux notes importantes figurent sous le tableau.
Titre de cours [note 1] Code Notes avant le cours Notes après le cours Gain de connaissances (%) Gain de connaissances (degré) [Note 2]
Formation indispensable
Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers M714 37 75 38 High
Introduction aux acquisitions M718 38 51 13 Medium
Perfectionnement professionnel
Le processus d'appel d'offres M004 59 72 13 Medium
Gestion des marchés M720 59 69 10 Medium

[1] Ce tableau fournit des données sur le nombre moyen de réponses exactes des répondants aux questionnaires préalables et postérieurs au cours et sur le gain de connaissances moyen qui en a résulté. Retourner au note 1 du tableau 2.7

[2] Les normes en matière de gain de connaissances de l'École sont les suivantes : <10 % = faible, 10 à 20 % = moyen, >20 % = élevé. Retourner au note 2 du tableau 2.7

Utilité de la formation

On a aussi analysé les données de niveau un pour déterminer la mesure dans laquelle les apprenants avaient atteint d'autres résultats de formation du fait de leur participation à la formation en AGMBI. En considération des résultats de formation à moyen et à long terme énoncés dans le modèle logique (figure 3.2), on a accordé une attention particulière à la capacité des participants aux cours d'appliquer, à leur retour au travail, les connaissances qu'ils ont acquises dans le cadre de leur formation en AGMBI.

Figure 3.2 : Résultats à moyen et à long terme liés à la tenue de la formation en AGMBI

Résultats à moyen et à long terme liés à la tenue de la formation en AGMBI

Agrandissement de la photo (version JPG, 165 Ko)

Equivalent textuel de Résultats à moyen et à long terme liés à la tenue de la formation en AGMBI, figure 3.2

Les résultats semblent indiquer que la plupart des participants à la formation en AGMBI s'attendaient à ce que leur formation à l'École leur serve à leur retour au travail. En moyenne, 92,3 % des répondants ont dit avoir l'intention d'appliquer ce qu'ils avaient appris en classe pour améliorer leur rendement actuel au travail, réaliser leurs objectifs de carrière et atteindre leurs objectifs de perfectionnement personnel. Les constatations dégagées du sondage auprès des participants à la formation montrent que ces intentions se sont concrétisées. Lorsqu'on leur a demandé s'ils avaient modifié leur comportement après avoir suivi la formation en AGMBI de l'École, 11,3 % des répondants au sondage ont affirmé avoir adopté de nouvelles méthodes après leur retour au travail. Par ailleurs, 43,3 % des répondants ont affirmé avoir réfléchi à ce qu'ils avaient appris et avoir occasionnellement modifié leurs méthodes après leur retour au travail. En conséquence, un peu plus de la moitié des répondants au sondage qui ont suivi la formation en AGMBI à l'École ont dit avoir modifié leur comportement à leur retour au travail.

On a aussi recueilli des données sur Campusdirect afin de sonder l'opinion des apprenants qui ont suivi les cours en ligne sur les AGMBI (tableau 2.8). Dans l'ensemble, 78,2 % des répondants au sondage étaient d'avis que les cours en ligne étaient liés à leur emploi actuel, de même qu'à tout autre futur emploi qu'ils pourraient occuper plus tard dans leur carrière. Le degré d'accord est le plus élevé parmi les participants aux cours Aperçu des acquisitions (86,9 %) et Les considérations autochtones dans le cadre de l'approvisionnement (86,6 %), par opposition aux apprenants qui ont suivi le cours Aperçu de la gestion des biens immobiliers, dont seulement 64,1 % étaient d'avis que le cours était lié à leur emploi actuel ou futur. En ce qui concerne l'application des connaissances acquises sur Campusdirect dans les activités professionnelles, en général, 74,9 % des répondants étaient d'avis qu'ils pourraient appliquer dans leurs activités au travail les concepts de formation qu'ils ont appris.

Tableau 2.8 : Indicateurs de l'utilité des cours de formation offerts sur Campusdirect

Indicateurs de l'utilité des cours de formation offerts sur Campusdirect. La première moitié du tableau énumère les cours de formation indispensable. La deuxième moitié du tableau (en commençant à la septième ligne) indique les cours de perfectionnement professionnel. Lisez la première colonne jusqu'à ce que vous trouviez le cours qui vous intéresse. Lisez ensuite vers la droite, où vous trouverez le code du cours, le pourcentage de déclarants qui étaient d'accord que « le contenu de ce produit d'apprentissage est lié à mon emploi actuel ou à mon futur emploi » et le pourcentage de déclarants qui étaient d'accord que « je peux appliquer les concepts que j'ai appris à mon travail ». Une note importante figure sous le tableau.
Titre de cours Code « Le contenu de ce produit d'apprentissage est lié à mon emploi actuel ou à mon futur emploi. » [Note 1] (%) « Je peux appliquer les concepts que j'ai appris à mon travail. » [Note 2] (%)
Formation indispensable
Aperçu de la gestion du matériel C233 75,4 72,6
Aperçu de la gestion des biens immobiliers C234 64,1 60,7
Aperçu des acquisitions C235 86,9 85,4
Outils de connaissance et de travail en matière d'AGMBI C137 79,8 72,9
Perfectionnement professionnel
Les considérations autochtones dans le cadre de l'approvisionnement C223 86,6 82,6
Achats écologiques C215 80,9 78,4
TOTAL, cours de formation en AGMBI en ligne 78,2 74,9

[Note 1] Ces pourcentages représentent les répondants qui ont répondu « entièrement d'accord » et « d'accord » aux énoncés. Retourner au note 1 du tableau 2.8

[Note 2] Ces pourcentages représentent les répondants qui ont répondu « entièrement d'accord » et « d'accord » aux énoncés. Retourner au note 2 du tableau 2.8

En comparant les résultats obtenus par catégorie de cours (formation indispensable et perfectionnement professionnel), on constate que le plus grand écart entre les cotes de satisfaction se situe dans ces deux indicateurs de l'utilité de la formation, ce qui laisse croire qu'une grande proportion des apprenants qui suivent les cours de la formation indispensable en ligne doutent de la pertinence et de l'applicabilité du contenu des cours dans leurs activités professionnelles. Parmi les cours de la formation indispensable évalués, les participants au cours Aperçu de la gestion des biens immobiliers (C234) ont très clairement exprimé ce doute. Alors qu'en moyenne 75,4 % du total des participants à la formation en ligne croyaient pouvoir appliquer dans leur travail les concepts appris, seulement 60,7 % des participants au cours C234 ont répondu favorablement à l'énoncé. Cette constatation concorde avec les résultats relatifs au rendement obtenus précédemment auprès des spécialistes de la gestion des biens immobiliers de la collectivité fonctionnelle des AGMBI. En général, les témoignages laissent penser que les spécialistes de la gestion des biens immobiliers ne profitent pas du transfert des connaissances et des avantages subséquents dans le cadre de leur travail, avantages qu'ils devraient pourtant retirer du fait de leur participation aux cours en AGMBI examinés.

Recommandation 4 : Déterminer les aspects à améliorer afin de mieux faire cadrer le programme de formation en AGMBI avec les besoins en apprentissage des spécialistes en gestion des biens immobiliers et consulter les principaux intervenants pour définir les prochaines étapes.

Rendement global

À ce jour, un indicateur de rendement a été défini pour permettre d'évaluer la mesure dans laquelle l'École a atteint les résultats liés au programme de formation en AGMBI : la satisfaction globale. En vue d'approfondir le rendement de la formation par rapport à ses résultats, on a aussi utilisé l'indicateur clé de rendement de l'activité de programme Apprentissage de base, qui s'applique également à la programmation destinée aux collectivités fonctionnelles. Selon le Rapport sur les plans et les priorités 2010-2011 [Note de bas de page 22] de l'École, la mesure du succès de cette activité de programme s'appuie sur le pourcentage de fonctionnaires qui affirment avoir réalisé leurs objectifs d'apprentissage grâce aux activités de formation de l'École. L'objectif correspondant est de 80 %; il est compatible avec l'échelle de cotation sur cinq points de l'École, selon laquelle on estime que les cours sont couronnés de succès s'ils obtiennent une cote de quatre sur cinq ou plus. Un examen des données de l'évaluation de niveau un confirme que les répondants ont attribué une cote favorable à presque tous les cours du programme des AGMBI à la question de sondage relative à la réalisation de leurs objectifs d'apprentissage (tableau 2.9). Seuls deux cours déjà mentionnés parce qu'ils ont donné une satisfaction moindre aux apprenants, s'inscrivent légèrement sous cet objectif, à savoir Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers (M714) et Les rouages du gouvernement et la gestion du cycle de vie des actifs (M716), qui ont obtenu respectivement la cote de 3,91 et de 3,93. Comme il a été mentionné précédemment, ces cours font actuellement l'objet d'une révision et seront évalués plus tard dans le cadre d'activités courantes de suivi et d'évaluation.

Tableau 2.9 : Rétroaction des apprenants sur la réalisation de leurs objectifs d'apprentissage dans le cadre des cours d'AGMBI offerts en classe, par genre de formation

Rétroaction des apprenants sur la réalisation de leurs objectifs d'apprentissage dans le cadre des cours d'AGMBI offerts en classe, par genre de formation. La première moitié du tableau énumère les cours de formation indispensable. La deuxième moitié du tableau (en commençant à la huitième ligne) indique les cours de perfectionnement professionnel. Lisez la première colonne jusqu'à ce que vous trouviez le cours qui vous intéresse. Lisez ensuite vers la droite, où vous trouverez le code du cours et le pourcentage de déclarants qui étaient d'accord que « les objectifs d'apprentissage du cours ont été atteints ». Une note importante figure sous le tableau.
Titre de cours, par genre de formation Code "The course learning objectives were met" [Note 1] (%)
Formation indispensable
Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers M714 3.91
Les rouages du gouvernement et la gestion du cycle de vie des actifs M716 3.93
Introduction à la gestion des biens immobiliers M721 4.06
Introduction à la gestion du matériel M704 4.28
Introduction aux acquisitions M718 4.37
Perfectionnement professionnel
Le processus d'appel d'offres M004 4.14
Gestion des marchés M720 4.10
Élaboration d'un énoncé de travail et des critères d'évaluation M711 4.20
Gestion des marchés de services M404 4.23
Aliénation des biens meubles excédentaires de l'État et recouvrement des investissements M715 4.31

[1] La cote associée à cette question varie de 1, « fortement en désaccord » à 5, « entièrement d'accord ». retour à la note 1 in Table 2.9

Facteurs d'influence

La Division de l'évaluation souhaitait savoir, dans le cadre de cette évaluation, quels sont les facteurs qui peuvent avoir influé sur l'atteinte des résultats liés à la formation en AGMBI offerte à l'École. Un examen des documents et des dossiers pertinents révèle qu'une des toutes premières barrières à l'administration et à la prestation de la formation en AGMBI était la capacité de répondre à la demande relative à la formation indispensable après la mise en œuvre de la Politique d'apprentissage et de la Directive qui s'y rattache. Les entrevues avec les intervenants laissent entendre que le processus de désignation des spécialistes tenus de suivre la formation indispensable a nui à la capacité de l'École de répondre à la demande. Les intervenants ont affirmé que de nombreux gestionnaires insistaient pour que leurs spécialistes participent à la formation indispensable en AGMBI plutôt que de saisir l'occasion, le cas échéant, de leur accorder une équivalence de manière à les exempter des cours d'introduction. En conséquence, un plus grand nombre d'apprenants que celui prévu à l'origine s'est inscrit à la formation en AGMBI de l'École, ce qui a créé une accumulation considérable de demandes et a entraîné des retards dans la tenue de la formation indispensable. Les ministères et les organismes clients, qui veulent que leurs employés reçoivent la formation dans le délai prescrit, s'irritent du fait de ces retards. Par ailleurs, cette situation a aussi contribué au problème de public-cible mentionné plus haut dans cette section du rapport.

Une autre circonstance qui a influé de manière inattendue sur l'atteinte des résultats de la formation en AGMBI est le cycle des activités des ministères et des organismes clients. D'après les résultats du Diagnostic de la collectivité des AGMBI, les membres de la collectivité ont exprimé de la contrariété parce que la formation en AGMBI est dispensée pendant les périodes de pointe du cycle des activités. Les pressions supplémentaires découlant de la charge de travail pendant ces périodes font en sorte qu'il est difficile pour les gestionnaires d'accorder des congés aux employés qui souhaitent participer à la formation. Cette situation est également ressortie comme un facteur provoquant les retards dans la participation des spécialistes à la formation indispensable en AGMBI. De plus, les entrevues avec les intervenants laissent entendre que, parce que l'École attend qu'un nombre minimum de participants s'inscrivent pour dispenser les cours. Les cours doivent parfois être annulés si le nombre de participants n'est pas suffisant. En conséquence, ce facteur d'influence pourrait avoir nui à l'atteinte des résultats attendus de la formation en AGMBI dispensée à l'École parce que le nombre d'apprenants qui se sont inscrits à la formation et y ont participé dans les délais mentionnés dans la Directive s'en est trouvé réduit.

Finalement, certains indices laissent penser que les régions éprouvent des problèmes de capacité relativement à la prestation de la formation en AGMBI. Parmi les intervenants interrogés, 75 % (15 sur 20) ont fait part de difficultés dans les régions et ont fait savoir qu'ils aimeraient qu'une méthode de formation différente y soit employée. En particulier, les gestionnaires régionaux ont soulevé d'importants problèmes en ce qui concerne l'accès à des formateurs d'expérience et qualifiés, nombre d'entre eux ayant précisé qu'ils doivent assumer les frais de déplacement de conseillers d'autres régions, c'est à dire de la RCN, pour que la formation soit dispensée. Pour trouver des formateurs en AGMBI, certaines régions ont également fait appel à des spécialistes des AGMBI qualifiés travaillant dans d'autres ministères et dans la même région géographique pour qu'ils animent la formation en AGMBI au nom de l'École. Cependant, cette stratégie exige l'utilisation de critères d'embauche différents des normes employées dans la RCN et les autres régions, une situation qui contribue aux problèmes mentionnés plus tôt relativement à la normalisation des processus et des procédures et au manque d'homogénéité dans l'expérience d'apprentissage des participants aux cours sur les AGMBI.

Le Diagnostic de la collectivité des AGMBI a aussi mis en lumière des problèmes semblables et a cerné cette question de capacité comme cause du nombre limité de cours dispensés en dehors de la RCN. D'après le Diagnostic, la formation offerte dans certaines régions étant limitée, les ministères clients doivent absorber des frais supplémentaires pour envoyer leurs employés suivre la formation ailleurs. Cette situation fait en sorte qu'il est difficile pour les employés d'obtenir l'approbation requise pour participer aux cours. Le récent ONGC conclu entre l'École et le Bureau de la gestion de la collectivité des AGMBI donne à penser que les deux parties sont conscientes de cette situation et qu'elles s'efforcent de la résoudre avec l'aide des partenaires régionaux et des représentants de la collectivité des AGMBI. Toutefois, au moment de l'évaluation, rien n'indiquait que des progrès avaient été réalisés en ce sens. Compte tenu des constatations précédentes selon lesquelles les participants à la formation en AGMBI des régions n'atteignent pas les résultats de formation désirés, cette situation confirme que l'École doit prêter une plus grande attention aux besoins et aux réalités des régions en matière de formation.

Recommandation 5 : Inciter les principaux intervenants à élaborer une stratégie adaptée aux besoins en formation et aux réalités liées aux ressources des régions.

Conclusion

Les faits présentés dans la présente section du rapport montrent que l'École a réalisé des progrès considérables dans l'atteinte des extrants et des résultats de la formation en AGMBI. En général, les constatations témoignent favorablement de la valeur, de la satisfaction et de l'utilité relatives à la formation des spécialistes de la collectivité fonctionnelle des AGMBI du gouvernement fédéral. Toutefois, les résultats mettent aussi en évidence le fait que les résultats de la formation en AGMBI sont plus ou moins fructueux et démontrent des défis notables, tout particulièrement pour la formation des spécialistes des biens immobiliers et des participants des régions.

2.5 Rendement : Rentabilité et économies

La formation est-elle dispensée de la manière la plus rentable qui soit, et l'École a-t-elle mis en œuvre des mesures d'efficience?

Les méthodes de prestation de la formation en AGMBI de l'École sont rentables. De plus, l'École a pris des mesures pour améliorer l'efficience et l'efficacité de ses activités de conception et de prestation.

Conformément à l'article 18.2 de la Loi sur l'École de la fonction publique du Canada, l'École gère ses activités selon le principe du recouvrement des coûts, employant les revenus générés par les cours pour financer ses activités qui s'y rapportent. On a élaboré un modèle d'établissement des coûts pour déterminer les coûts de conception, de prestation et de mise à jour des cours de l'École. Ce modèle fournit une base à partir de laquelle calculer les frais associés aux produits et aux services de l'École.

Sauf dans les premières années qui ont suivi la mise en œuvre de la formation en AGMBI, où la formation indispensable était offerte gratuitement aux ministères clients, le financement lié à l'élaboration de l'ensemble des cours sur les AGMBI repose sur un effort commun de l'École, du Bureau de la gestion de la collectivité (BGC) des AGMBI au SCT et des ministères clients [Note de bas de page 23]. Habituellement, le BGC et les ministères clients sont responsables du financement de l'élaboration des nouveaux cours ainsi que de la maintenance des cours en ligne, tandis que l'École est responsable du financement de la mise à jour des cours en classe existants. Le financement de la conception des nouveaux cours et de la maintenance des cours en ligne est approuvé par l'entremise de ONGC, tandis que la mise à jour des cours en classe est approuvée au moyen d'accords sur les niveaux de service annuels, ratifiés par le BGC et l'École [Note de bas de page 24]

Analyse des coûts liés à la formation en AGMBI

On a communiqué avec la Direction des finances de l'École pour obtenir des données financières relatives à la conception et à la tenue de la formation en AGMBI. Seuls les cours en classe et les ONGC qui y sont associés ont été examinés lors de l'exercice d'établissement des coûts.

Les données sur les revenus recueillies dans le cadre de l'exercice d'établissement des coûts provenaient du système financier officiel de l'École (le SAP) et, dans le cas des revenus liés aux ONGC, on a obtenu des données auprès des responsables de la formation en AGMBI. Selon ces données, l'ensemble des cours en AGMBI équivaut approximativement à trois ou quatre pour cent des revenus de l'École. Pour l'exercice 2009-2010, les revenus totaux de l'année civile, dans la RCN et dans les régions, générés par les cours sur les AGMBI s'élevaient à 2,2 millions de dollars auxquels s'ajoutent 128 000 dollars provenant des ONGC conclus avec les ministères clients.

Afin d'estimer les coûts directs associés aux activités de prestation de l'École dans la RCN, on a demandé aux responsables de la formation en AGMBI de fournir une estimation du nombre de jours que chaque employé a consacrés à un cours. On a intégré ces informations dans le modèle d'établissement des coûts pour déterminer les coûts salariaux estimatifs.

Comme il a été mentionné précédemment, on a aussi inclus les coûts de conception associés à l'ensemble des cours sur les AGMBI dans l'exercice d'établissement des coûts réalisés par les Finances. Ces coûts comprennent les coûts indirects du programme (20 %) et de l'École (25 %). Comme l'illustre le tableau 2.10, la plupart des cours sur les AGMBI ont entraîné des coûts de conception pendant la période de deux ans examinée. Parmi les cours analysés, c'est le cours Introduction à la gestion des biens immobiliers (M721) qui a occasionné les coûts de conception les plus élevés.

Tableau 2.10 : Coût total de la conception des cours en classe sur les AGMBI

Coût total de la conception des cours en classe sur les AGMBI. Lisez la première colonne jusqu'à ce que vous trouviez le titre du cours qui vous intéresse. Lisez ensuite vers la droite, où vous trouverez le code du cours et les coûts directs de la prestation dans la Région de la capitale nationale en 2008 2009 et 2009-2010. Le total des coûts figure à la dernière ligne du tableau.
Titre de cours, par genre de formation Code Coûts directs de la prestation dans la région de la capitale nationale ($)
2008-2009 2009-2010
Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers M714 14,012 32,222
Les rouages du gouvernement et la gestion du cycle de vie des actifs M716 7,006 17,901
Introduction à la gestion des biens immobiliers M721 61,838 83,711
Introduction à la gestion du matériel M704 21,574 14,895
Introduction aux acquisitions M718 5,753 26,253
Le processus d'appel d'offres M004 - -
Gestion des marchés M720 - 24,219
Élaboration d'un énoncé de travail et des critères d'évaluation M711 - -
Gestion des marchés de services M404 - -
Aliénation des biens meubles excédentaires de l'État et recouvrement des investissements M715 - 38,839
Séminaire intégré : Cours de base 2 et 3 M722 21,394 7,161
Total 131,577 245,201

Pour donner un aperçu du rendement des cours sur les AGMBI, on a comparé les coûts directs (salaires et F et E) liés à la prestation de chaque cours avec le coût moyen de tous les cours du programme de formation en AGMBI (tableau 2.11). Les résultats révèlent que pour la majorité des cours de la formation indispensable, les coûts directs sont constamment plus élevés que ceux occasionnés par les Perfectionnement professionnel de l'École. Trois des cours de la formation indispensable de l'École, à savoir Les rouages du gouvernement et la gestion du cycle de vie des actifs (M716), Introduction aux acquisitions (M718) et Introduction à la gestion des biens immobiliers (M721) entraînent constamment des coûts directs supérieurs à la moyenne, et ce, au cours des deux exercices financiers, aussi bien dans la RCN que dans les régions. Enfin, quatre des cinq cours qui ont affiché une hausse des coûts de 2008-2009 à 2009-2010 étaient des cours de la formation indispensable. La hausse de coûts la plus remarquable s'est produite dans le cours Introduction à la gestion des biens immobiliers (M721) pour lequel, au cours des deux exercices financiers, les coûts directs de chaque séance ont augmenté de 94 %.

Tableau 2.11 : Coûts directs de la prestation des cours en classe sur les AGMBI

Coûts directs de la prestation des cours en classe sur les AGMBI. La première moitié du tableau énumère les cours de formation indispensable. La deuxième moitié du tableau (en commençant à la neuvième ligne) indique les Perfectionnement professionnel. Lisez la première colonne jusqu'à ce que vous trouviez le titre du cours qui vous intéresse. Lisez ensuite vers la droite, où vous trouverez le code du cours, les coûts directs de la prestation dans la Région de la capitale nationale en 2008-2009 et 2009-2010, la hausse en pourcentage de 2008-2009 à 2009-2010, et les coûts directs de la prestation dans les régions en 2009-2010. Le montant direct moyen de la formation indispensable est indiqué à la huitième ligne, alors que celui des Perfectionnement professionnel est indiqué à la quinzième ligne. La moyenne globale de tous les cours est indiquée à la seizième ligne et la dernière ligne du tableau indique le total de toutes les catégories. Trois notes importantes figurent sous le tableau.
Titre de cours, par genre de formation [Note 3] Code Coûts directs de la prestation dans la région de la capitale nationale ($) % Hausse
[Note 2]
Coûts directs de la prestation dans les régions ($)
[Note 1]
2008-09 2009-10 2008-09
to
2009-10
2009-10
Formation indispensable
Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers M714 3,898.00 4,628.00 19 3,827.00
Les rouages du gouvernement et la gestion du cycle de vie des actifs M716 4,889.00 5,152.00 5 4,712.00
Introduction à la gestion des biens immobiliers M721 5,321.00 10,314.00 94 7,399.00
Introduction à la gestion du matériel M704 4,747.00 4,559.00 (4) 5,306.00
Introduction aux acquisitions M718 5,357.00 5,499.00 3 4,769.00
Moyenne, formation indispensable 4,842.40 6,030.40   5,202.60
Perfectionnement professionnel
Le processus d'appel d'offres M004 3,782.00 2,811.00 (26) 3,283.00
Gestion des marchés M720 2,837.00 2,137.00 (25) 2,522.00
Élaboration d'un énoncé de travail et des critères d'évaluation M711 5,009.00 4,601.00 (8) 4,014.00
Gestion des marchés de services M404 3,869.00 3,729.00 (4) 4,079.00
Aliénation des biens meubles excédentaires de l'État et recouvrement des investissements M715 3,412.00 3,832.00 12 2,861.00
Average - Perfectionnement professionnel 3,781.80 3,422.00   3,351.80
Moyenne globale, tous cours confondus 4,312.10 4,726.20   4,277.20
Total 4,390 4,776 9 4,400

[1] Ces coûts visent une séance de cours. retour à la note 1 in Table 2.11

[2] Les parenthèses dénotent une diminution de coûts du pourcentage indiqué. retour à la note 2 in Table 2.11

[3] Le Séminaire intégré : Cours de base 2 et 3 (M722) n'a pas été pris en considération dans ces coûts parce que sa base d'analyse est nettement différente de celle des cours ordinaires en classe. retour à la note 3 in Table 2.11

Au cours de cet exercice, la Division de l'évaluation a souhaité obtenir une mesure qui fournirait un aperçu de la rentabilité de la formation en AGMBI de l'École. En conséquence, pour les deux exercices financiers examinés, les Finances ont fourni des données comparatives sur les revenus générés par les cours et sur les coûts directs associés à la prestation des cours sur les AGMBI. La valeur résultante, appelée « marge sur coûts directs », offre un premier indice du rendement financier des cours, avant que les autres coûts directs du programme ou de l'École soient pris en considération. Selon les chiffres fournis par les Finances, la marge sur coûts directs globale associée à la prestation de l'ensemble des cours sur les AGMBI était positive de 2008-2009 à 2009-2010. Cette situation indique que, mis ensemble, les revenus générés par ces cours excèdent les coûts directs associés à leur prestation.

Lorsqu'on ventile ces marges, la RCN affiche une marge sur coûts directs plus élevée que les régions, différence essentiellement attribuable au taux de participation plus élevé dans la RCN pendant la période de deux ans examinée (tableau 2.12). De plus, une analyse des cours pris séparément révèle que certains cours ont affiché des marges négatives pendant cette période, à savoir Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers (M714) et Introduction à la gestion des biens immobiliers (M721).

Tableau 2.12 : Marge sur coûts directs de la prestation des cours en classe sur les AGMBI

Marge sur coûts directs de la prestation des cours en classe sur les AGMBI. Lisez la première colonne jusqu'à ce que vous trouviez le titre de cours qui vous intéresse. Lisez ensuite vers la droite, où vous trouverez le code du cours, la marge sur coûts directs de la prestation dans la Région de la capitale nationale (en dollars) en 2008-2009 et 2009-2010, la hausse en pourcentage de 2008 2009 à 2009-2010, et la marge sur coûts directs de la prestation dans les régions (en dollars) en 2009-2010. Le total de toutes les catégories figure à la dernière ligne du tableau. Deux notes importantes figurent sous le tableau.
Titre de cours, par genre de formation Code National Capital
Région Delivery
Contribution
Margin ($)
[Note 1]
% Hausse
[Note 2]
Régional
Delivery
Contribution
Margin ($)
[Note 3]
2008-09 2009-10 2008-09
to
2009-10
2009-10
Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers M714 13,441 8,883 (34) 1,186
Les rouages du gouvernement et la gestion du cycle de vie des actifs M716 16,767 16,373 (2) 4,676
Introduction à la gestion des biens immobiliers M721 14,279 7,736 (46) 1,701
Introduction à la gestion du matériel M704 9,253 10,492 13 1,424
Introduction aux acquisitions M718 16,388 17,892 9 10,211
Le processus d'appel d'offres M004 1,221 3,561 192 (940)
Gestion des marchés M720 4,951 3,945 (20) (21)
Élaboration d'un énoncé de travail et des critères d'évaluation M711 6,151 8,608 40 4,858
Gestion des marchés de services M404 6,789 6,893 2 4,181
Aliénation des biens meubles excédentaires de l'État et recouvrement des investissements M715 1,763 3,731 112 20,123
Total 11,884 10,918 (8) 4,199

[1] Ces coûts visent une séance de cours. retour à la note 1 in Table 2.12

[2] Les parenthèses dénotent une diminution de la marge sur coûts directs du pourcentage ou du montant indiqués. retour à la note 2 in Table 2.12

[3] Ces coûts visent une séance de cours. retour à la note 3 in Table 2.12

Bien que la marge sur coûts directs offre un premier indice du succès financier d'un cours sur les AGMBI ou de l'ensemble des cours, on a également inclus des frais supplémentaires dans l'analyse afin de mieux comprendre les résultats financiers des cours sur les AGMBI. Les principaux frais supplémentaires qui se rattachent indirectement à la prestation des cours sont des coûts indirects, spécialement les coûts indirects du programme et de l'École. En consultation avec les responsables de la formation en AGMBI, les Finances ont déterminé que les coûts indirects du programme de formation en AGMBI équivalaient à 20 % dans la RCN et à 3 % dans les régions. On a calculé que les coûts indirects de l'École affichaient 25 % pour l'ensemble de la programmation de l'École.

Après inclusion de ces valeurs dans l'analyse des coûts, la plupart des cours continuent d'afficher un résultat financier positif, en particulier dans la RCN (tableau 2.13). Encore une fois, on a remarqué que le degré de succès financier varie d'un cours à l'autre. Les cours Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers (M714) et Introduction à la gestion des biens immobiliers (M721) ont enregistré des résultats négatifs, tout comme le cours Le processus d'appel d'offres (M004) et, dans une moindre mesure, le cours Les rouages du gouvernement et la gestion du cycle de vie des actifs (M716).

ableau 2.13 : Rentabilité globale de la prestation des cours en classe sur les AGMBI

Rentabilité globale de la prestation des cours en classe sur les AGMBI. Lisez la première colonne jusqu'à ce que vous trouviez le titre du cours qui vous intéresse. Lisez ensuite vers la droite, où vous trouverez le code du cours, la marge sur coûts directs de la prestation dans la région de la capitale nationale (en dollars) en 2008-2009 et 2009-2010, la hausse en pourcentage de 2008 2009 à 2009 2010, et la marge sur coûts directs de la prestation dans les régions (en dollars) en 2009-2010. Le total de toutes les catégories figure à la dernière ligne du tableau. Deux notes importantes figurent sous le tableau.
Titre de cours, par genre de formation Code Rentabilité de la prestation dans la région de la capitale nationale ($)
[Note 1]
% Hausse
[Note 2]
Rentabilité de la prestation dans les régions ($)
[Note 3]
2008-09 2009-10 2008-09
2009-10
Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers M714 11,852 6,966 (41) 169
Les rouages du gouvernement et la gestion du cycle de vie des actifs M716 14,735 14,224 (3) 3,412
Introduction à la gestion des biens immobiliers M721 12,047 3,255 (73) (315)
Introduction à la gestion du matériel M704 7,297 8,615 18 (7)
Introduction aux acquisitions M718 14,152 15,571 10 8,931
Le processus d'appel d'offres M004 (315) 1,977 (727) (1,804)
Gestion des marchés M720 3,810 3,060 (20) (671)
Élaboration d'un énoncé de travail et des critères d'évaluation M711 4,091 6,701 64 3,789
Gestion des marchés de services M404 5,213 5,383 3 3,094
Aliénation des biens meubles excédentaires de l'État et recouvrement des investissements M715 382 2,190 474 19,377
Total 10,041 8,857 (12) 2,985

[1] Ces coûts visent une séance de cours. retour à la note 1 in Table 2.13

[2] Les parenthèses dénotent une diminution de la marge sur coûts directs du pourcentage ou du montant indiqués. retour à la note 2 in Table 2.13

[3] Ces coûts visent une séance de cours. retour à la note 3 in Table 2.13

Mesures d'efficience pour la formation en AGMBI

On a recueilli des données à partir de la rétroaction des intervenants et des dossiers administratifs afin de recenser les principales mesures mises en œuvre par l'École pour améliorer l'efficacité de l'administration de la formation en AGMBI. On a aussi examiné ces données pour trouver des indices de l'application de mesures destinées à améliorer la rentabilité de la formation.

En ce qui concerne l'administration de la formation en AGMBI, comme il a été mentionné à la section 2.4 du présent rapport, plusieurs gestionnaires régionaux ont affirmé avoir mis en œuvre des mesures pour pallier la pénurie de formateurs qualifiés disponibles dans leur région. En particulier, les bureaux régionaux se sont efforcés, avec l'aide des ministères et des organismes clients, de trouver dans la région des spécialistes qualifiés en AGMBI qui pourraient animer les cours au lieu de faire appel à des formateurs d'autres régions. De plus, dans les cas où il faut engager des formateurs d'autres régions, les cours sur les AGMBI sont dispensés l'un à la suite de l'autre afin de réduire les coûts occasionnés par des visites répétées.

Bien que ces mesures servent visiblement à favoriser la gestion des coûts et à accroître la capacité des régions à dispenser la formation en AGMBI, certains intervenants ont exprimé des doutes à leur endroit, compte tenu des conséquences qu'elles pourraient avoir sur les résultats de formation obtenus par les apprenants. Par exemple, pendant les entrevues, certains intervenants ont fait remarquer qu'en offrant les cours l'un à la suite de l'autre, on nuit peut être à l'expérience d'apprentissage des spécialistes des AGMBI. Après tout, les cours sur les AGMBI sont conçus et dispensés de sorte que, après avoir suivi un cours, les apprenants aient le temps de retourner au travail, de réfléchir aux nouvelles connaissances qu'ils ont acquises et de s'efforcer d'intégrer ce qu'ils ont appris dans leurs activités quotidiennes. Lorsque ces cours sont offerts l'un à la suite de l'autre, les apprenants n'ont pas l'occasion de faire ce cheminement. Cette situation pourrait miner la motivation des apprenants et leur capacité d'absorber et de traiter la matière étudiée. Cette possibilité, ajoutée aux constatations régionales déjà présentées dans ce rapport, met en évidence le besoin, suivant la recommandation 5, de mettre en avant des stratégies spécialement adaptées aux circonstances régionales.

Les intervenants ont souvent mentionné deux initiatives qui aideraient grandement l'École à améliorer sa rentabilité. La première consistait à convertir trois des cours de la formation indispensable en classe en modules d'apprentissage en ligne. Cette décision a été prise dans le but de réduire les délais d'attente causés par la demande plus forte que prévu pour la formation indispensable des spécialistes des AGMBI. En transférant ces cours sur Campusdirect, l'École a étiré le budget alloué à la prestation de la formation indispensable et a accru sa capacité à répondre aux besoins en formation indispensable des spécialistes des AGMBI. La deuxième a été la création par l'École du Séminaire intégré (M722), conçu pour des groupes de 100 apprenants ou moins. On a ajouté le séminaire au programme de formation afin d'accélérer la prestation de la formation indispensable et, compte tenu de la rétroaction des clients pendant la première année de la formation indispensable, afin d'offrir une formule mieux adaptée aux besoins des spécialistes des AGMBI chevronnés. Comme il a été mentionné précédemment, le séminaire était proposé aux spécialistes fonctionnels cumulant trois années d'expérience ou plus, en remplacement de deux cours de la formation indispensable, soit Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers (M714) et Les rouages du gouvernement et la gestion du cycle de vie des actifs (M716). En conséquence, bien que les cours M714 et M716 soient toujours proposés aux nouveaux spécialistes qui se joignent à la collectivité fonctionnelle des AGMBI, le séminaire M722 visait à faciliter la formation des spécialistes des AGMBI d'expérience. En adoptant cette formule, l'École a réussi à accélérer la prestation de ses services et à réduire l'arriéré des demandes pour la formation indispensable.

Conclusion

Les preuves présentées dans cette section du rapport semblent indiquer que la prestation de la formation en AGMBI à l'École est rentable dans la mesure où les extrants de la formation génèrent des revenus suffisants pour couvrir les coûts connexes. De plus, l'École a pris des mesures pour réduire ses coûts et améliorer les résultats des activités de conception et de prestation de ce programme de formation. Cependant, les données recueillies pour alimenter cette évaluation étaient insuffisantes pour placer dans leur contexte certains des coûts présentés dans cette section du rapport. Par exemple, les causes qui sous-tendent les coûts de conception élevés attribués à certains cours sur les AGMBI ou les marges sur coûts directs négatives d'autres cours demeurent imprécises. Des renseignements supplémentaires auraient permis d'étudier la question de la rentabilité plus en détail. Au cours de l'étape de collecte des données de cette évaluation, la Division de l'évaluation a envisagé la possibilité de comparer la formation en AGMBI de l'École avec une formation semblable offerte par des établissements d'enseignement de la fonction publique d'autres pays. La Division s'est cependant rendu compte que cette analyse serait limitée en raison des contraintes relatives à la publication des données financières. C'est pourquoi cette comparaison n'a pas été effectuée. À la lumière de ce qui précède, la Division envisagera d'autres mesures dans ses futures évaluations afin d'approfondir la question de la rentabilité, jusqu'à ce que des données plus rigoureuses sur les coûts soient disponibles.

Annexes

Annexe 1 : Grille d'évaluation de la formation en AGMBI

Pertinence

Annexe 1 : Grille d'évaluation de la formation en AGMBI - Pertinence. La première colonne présente les questions d'évaluation qui peuvent vous intéresser. Les colonnes suivantes présentent les indicateurs et les sources de données/méthodologie.
Question d'évaluation Indicateurs Sources de données/Méthodologie
Le perfectionnement professionnel des membres de la collectivité fait-il l'objet d'une demande constante?
  • Démonstration de la raison d'être et de la nécessité de la formation offerte par l'École
  • Manques qui existeraient en l'absence de la formation offerte par l'École
  • Analyse et ciblage du rayonnement de la formation
  • Statistiques relatives aux inscriptions
  • Examen de documents (p. ex. lois et politiques, présentations au Conseil du Trésor, discours du Trône et budget, rapports annuels, rapports ministériels sur le rendement (RMR), rapports sur les plans et les priorités (RPP), documentation sur les effectifs)
  • Documents relatifs à la formation
  • Entrevues avec les intervenants clés
  • Examen de dossiers
La formation est-elle alignée sur les priorités et les responsabilités du gouvernement fédéral et de l'École?
  • Le mandat de la formation s'inscrit dans la sphère de compétence du gouvernement fédéral
  • Les buts et les objectifs de la formation correspondent aux priorités actuelles du gouvernement fédéral
  • Les buts et les objectifs sont alignés sur les résultats stratégiques ministériels
  • Examen de documents (p. ex. lois et politiques, présentations au Conseil du Trésor, discours du Trône et budget, rapports annuels, rapports ministériels sur le rendement (RMR), rapports sur les plans et les priorités (RPP))
  • Documents relatifs à la formation
  • Entrevues avec les intervenants clés

Rendement (efficacité, efficience et économie)

Annexe 1 : Grille d'évaluation de la formation en AGMBI - Rendement (efficacité, efficience et économie). La première colonne présente les questions d'évaluation qui peuvent vous intéresser. Les colonnes suivantes présentent les indicateurs et les sources de données/méthodologie.
Question d'évaluation Indicateurs Sources de données/Méthodologie
Dans quelle mesure les résultats attendus ont-ils été atteints grâce à la formation?
  • Preuves de l'atteinte des extrants et des résultats attendus
  • Preuves des facteurs externes à la formation qui ont influé sur l'atteinte des résultats attendus
  • Documents relatifs à la formation
  • Enquête auprès d'un échantillon de participants
  • Entrevues avec les intervenants clés
  • Données de l'évaluation sur l'apprentissage (niveaux 1 et 2)
  • Statistiques relatives aux inscriptions
  • Examen de dossiers
Les activités de formation, les processus et les structures de gouvernance permettent-ils d'atteindre les résultats de formation attendus?
  • Preuves d'un lien de causalité entre les activités de formation, d'une part, et les extrants et les résultats attendus, d'autre part
  • Preuves que les processus, les rôles et les responsabilités et les obligations redditionnelles relatifs à la formation sont définis
  • Opinion des intervenants clés sur l'intérêt et l'efficacité des activités de formation, des processus et des structures de gouvernance
  • Documents relatifs à la formation (p. ex. CGRR, présentations au CT)
  • Examen de dossiers
  • Sondage auprès des intervenants
  • Entrevues avec les intervenants clés
La formation a-t-elle produit des résultats imprévus (positifs ou négatifs)? Des mesures ont-elles été prises à la suite de ces résultats?
  • Présence/absence de résultats imprévus
  • Le cas échéant, la documentation fait état des mesures prises par la direction ou des leçons apprises de ces résultats imprévus
  • Entrevues avec les intervenants clés
  • Documents relatifs à la formation
La formation est-elle dispensée de la manière la plus rentable qui soit?
  • Analyse des coûts se rattachant à l'utilisation des ressources par rapport à la production des extrants
  • Opinion des intervenants clés, à savoir si les investissements dans la formation constituent un bon emploi des deniers publics, et à savoir si le coût de production des résultats est aussi faible que possible
  • Opinion des intervenants clés sur la manière dont on pourrait améliorer l'efficience des activités de formation
  • Existence/absence d'activités plus rentables
  • Données financières
  • Entrevues avec les intervenants clés
  • Examen de dossiers
La formation produit-elle les résultats attendus de la manière la plus rentable qui soit?
  • Analyse des coûts se rattachant à l'utilisation des ressources par rapport aux progrès réalisés dans l'atteinte des résultats attendus
  • Opinion des intervenants clés sur la capacité des éléments de la formation à produire les résultats attendus, comparativement à d'autres méthodes de conception et de prestation
  • Existence de solutions plus rentables en matière d'activités et d'extrants qui permettraient d'obtenir les mêmes résultats
  • Données financières
  • Entrevues avec les intervenants clés
  • Examen de dossiers et de documents

Annexe 2 : Collecte des données et méthodologie, par source de données

Activités de collecte de données primaires

Sondage auprès des participants à la formation en AGMBI

Le Division de l'évaluation a également réalisé un sondage en ligne auprès des participants à la formation sur les AGMBI de l'École. On a envoyé un courrier électronique à tous les apprenants qui ont suivi un cours ou plus de 2005-2006 à 2009-2010 pour les inviter à remplir le questionnaire semi structuré. Au total, on a recensé 5 458 participants à la formation indispensable sur les AGMBI. Ces derniers avaient trois semaines pour répondre au sondage. On a reçu 1 425 questionnaires remplis, ce qui équivaut à un taux de réponse de 26 %. Comme la collecte des données pour ce sondage a commencé en octobre 2009, les apprenants qui ont participé aux cours de la formation indispensable pendant l'exercice 2009-2010 n'ont pas été inclus dans la population visée par l'enquête. Il était essentiel, dans le cadre de ce sondage, que les répondants aient suffisamment de temps à leur retour au travail pour réfléchir à leur formation. Par conséquent, seuls les participants qui avaient repris le travail depuis au moins six mois après avoir suivi leur dernier cours sur les AGMBI ont été invités à participer au sondage.

Sondage auprès des formateurs en AGMBI

En janvier 2010, on a communiqué avec les responsables de la formation en AGMBI et les gestionnaires régionaux de l'École pour obtenir les listes des formateurs qui avaient dispensé des cours du programme de formation en AGMBI de 2008-2009 à 2009-2010. On a invité les formateurs à participer au sondage par courrier électronique en leur accordant deux semaines y répondre. Au total, on a envoyé 30 invitations aux formateurs du programme en AGMBI, et reçu 20 questionnaires remplis (taux de réponse de 66,7 %).

Entrevues avec les intervenants

On a réalisé des entrevues avec les responsables de la formation en AGMBI, les concepteurs des cours, les gestionnaires régionaux, un employé de la Division de l'apprentissage mixte et des représentants du Bureau de la gestion de la collectivité (BGC) des AGMBI. Ces entrevues ont été effectuées de janvier à mars 2010, par des analystes de la Division de l'évaluation de l'École. À l'exception des entrevues avec les responsables de la formation en AGMBI et les représentants du BGC, la plupart ont eu lieu par téléphone. Pour les deux autres groupes d'intervenants, on a réalisé des entrevues en personne. En tout, on a mené 20 entrevues avec des intervenants : deux avec des responsables de la formation, huit avec des concepteurs de cours, six avec des gestionnaires régionaux, trois avec des représentants du BGC et une avec un spécialiste de l'apprentissage mixte.

Activités de collecte de données secondaires

Documents et dossiers administratifs

Documents sur la formation en AGMBI : Les responsables de la formation en AGMBI ont fourni des documents sur le contexte relatif à la prestation de la formation par l'École à la collectivité fonctionnelle des AGMBI, ainsi que des dossiers administratifs portant sur la gouvernance et l'administration de la formation. On a aussi réalisé une analyse de l'environnement au moyen de documents gouvernementaux afin d'obtenir des renseignements supplémentaires sur la pertinence, l'élaboration et la structure de la formation.

Diagnostic de la collectivité fonctionnelle des AGMBI : En mars 2010, la Division de l'évaluation a reçu les résultats du Diagnostic de la collectivité de 2008. Ce rapport, rédigé par le Bureau de la gestion de la collectivité des AGMBI, met en relief les grandes constatations dégagées des entrevues et des réunions des groupes de discussion qui ont eu lieu avec les cadres supérieurs et les spécialistes fonctionnels supérieurs de la collectivité des AGMBI.

Données relatives à la certification : On a demandé à l'Office des normes générales du Canada de fournir des données qui permettraient d'analyser l'effectif composé des spécialistes des acquisitions et de la gestion du matériel qui souhaitent obtenir une certification. Les données obtenues portaient sur la période allant du lancement du programme au 28 janvier 2010.

Dossiers et rapports de l'École

RInscriptions et présences : On a demandé des statistiques relatives aux inscriptions à la Division de l'information et des rapports sur l'apprentissage. Les données fournies couvraient les exercices 2006-2007 à 2009-2010 et portaient sur les présences aux cours et les cours de la formation indispensable et du perfectionnement professionnel dispensés en classe.

Cours sur Campusdirect Courses : Afin d'évaluer le rendement des cours sur les AGMBI offerts en ligne, on a communiqué avec le personnel de Campusdirect pour demander les données du sondage en ligne sur la satisfaction. Étant donné que les cours en ligne n'ont pas tous été lancés en même temps, on a demandé les données remontant à la date de lancement de chaque cours jusqu'au 23 avril 2010.

Profil démographique : En janvier 2010, la Division de l'évaluation a communiqué avec l'Équipe des stratégies de marketing et de l'analyse de la clientèle pour savoir s'il était possible d'obtenir des données démographiques sur les participants aux cours sur les AGMBI de l'École. L'Équipe a pu préparer une analyse du profil de la collectivité fonctionnelle des AGMBI pour les exercices 2007-2008 à 2009-2010. Cette analyse a permis d'obtenir des données sur le type d'apprenants qui suivent actuellement des cours sur les AGMBI, sur leur ministère ou organisme et sur leur distribution régionale.

Analyse des coûts de la formation en AGMBI : Par suite des consultations avec la Direction des finances de l'École, on a effectué une analyse des coûts liés au programme de cours sur les AGMBI. Cette analyse visait principalement à déterminer les coûts supportés par l'École pour la conception et la prestation de la formation pendant les exercices 2008-2009 et 2009-2010.

Données de l'évaluation des apprentissages

Données sur la satisfaction de niveau un : L'équipe de l'évaluation de niveau un a préparé un rapport sur la satisfaction des apprenants en AGMBI et le rendement des cours. On a extrait des données quantitatives et qualitatives des sondages sur la satisfaction de niveau un pour ensuite les analyser au moyen des logiciels SPSS et NVivo. Compte tenu du grand nombre de commentaires des participants, on a choisi d'analyser seulement les champs pertinents dans le cadre de cette évaluation. On a utilisé un échantillon aléatoire de 30 % pour analyser les cours dispensés plus de 16 fois durant un même exercice financier. Le rapport portait sur les exercices 2005-2006 à 2009-2010.

Données de niveau deux sur le gain de connaissances : On a aussi réalisé une évaluation de niveau deux. Ce genre d'évaluation exige qu'on fasse remplir des questionnaires préalables et postérieurs aux cours par les groupes de participants. On a analysé les résultats ainsi tenus pour déterminer le gain de connaissances réalisé par les groupes de participants. Au minimum, les constatations s'appuient sur les résultats obtenus lors de trois séances d'un même cours. Les cours choisis aux fins d'examen étaient Le processus d'appel d'offres (M004), Orientation à la passation des marchés et des acquisitions pour les non spécialistes (M712), Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers (M714) et Introduction aux acquisitions (M718) et Gestion des marchés (M720). L'évaluation des apprentissages a eu lieu de septembre 2009 à mai 2010.

Annexe 3 : Considérations et limites relatives aux données

L'une des limites qui a pu influer sur la généralisabilité des constatations tirées de certaines sources de données mentionnées était la date butoir fixée. La Division de l'évaluation a commencé à recueillir des données dans le cadre de cette évaluation en novembre 2009. À ce moment là, les données relatives aux inscriptions, les données financières et les données tirées des sondages sur la satisfaction de niveau un n'étaient pas encore disponibles pour l'ensemble de l'exercice 2009-2010. Par conséquent, lorsque c'était possible, on a choisi le milieu de l'exercice 2009-2010 (le 30 septembre 2009) comme date butoir pour la collecte des données. En conséquence, les données provenant de ces sources reflètent dans une certaine mesure l'exercice 2009-2010, mais ne pas sont pleinement représentatives du rendement affiché tout au long de cet exercice.

Activités de collecte de données primaires

Données des sondages auprès des participants

Compte tenu du nombre de cours compris dans le programme de formation en AGMBI, on n'a pas effectué de sondages distincts auprès des apprenants de chaque cours. Si on avait choisi cette solution, l'École aurait envoyé de nombreux sondages à un nombre considérable d'apprenants, ce qui aurait miné leur participation à l'enquête. De plus, des discussions ultérieures avec les responsables de la formation en AGMBI ont révélé que, bien qu'on conseille aux apprenants de suivre leurs cours de la formation indispensable dans un ordre préétabli, cette ligne de conduite n'est pas obligatoire. Par conséquent, pour définir l'échantillon de population, la Division de l'évaluation a choisi de mener un seul sondage auprès des apprenants qui ont suivi un cours ou plus de la formation indispensable. Cette méthode a permis d'obtenir une rétroaction précieuse auprès des participants à la formation indispensable qui ont suivi des cours de la formation indispensable en AGMBI ainsi que des Perfectionnement professionnel. Cependant, elle n'a pas permis d'obtenir de données sur les apprenants qui ont assisté à des Perfectionnement professionnel seulement, ce groupe ne faisant pas partie de la population visée par l'enquête.

Pour simplifier le sondage, les questions ne portaient pas sur le rendement d'un cours en particulier. Au lieu de cela, les questions étaient formulées de manière à obtenir le point de vue des répondants sur tous les cours du programme de formation en AGMBI qu'ils ont suivis. De plus, on a inséré des boîtes de commentaires tout au long du sondage pour encourager les répondants à présenter leur rétroaction sur n'importe quel cours.

Activités de collecte de données secondaires

Données relatives aux inscriptions

Comme il a été mentionné précédemment, certains cours sur les AGMBI ont été lancés avant la mise en œuvre de la Politique d'apprentissage, tandis que d'autres l'ont été pour la première fois après l'exercice 2005-2006. En raison des différentes dates de lancement et de la transition de certains cours sur Campusdirect, aucune analyse comparative des présences aux cours n'a été effectuée.

Lorsqu'ils terminent un module d'apprentissage en ligne, les apprenants sont invités à cliquer sur le bouton « terminer l'activité ». Toutefois, cette action n'est pas obligatoire. De ce fait, elle n'est pas toujours effectuée par les apprenants des Perfectionnement professionnel. En conséquence, ces données sont jugées peu fiables et incomplètes, et on n'a effectué aucune analyse relative au taux d'achèvement des apprenants qui se sont inscrits à des Perfectionnement professionnel en AGMBI sur Campusdirect.

Enfin, comme il est possible de s'inscrire et de participer à plus d'un cours, précisons que les termes « participants » et « apprenants » ne font pas référence à autant de personnes prises individuellement.

Données financières

Les discussions avec la Direction des finances de l'École ont mis en relief certains obstacles à la collecte et à l'analyse des données financières. La Direction des finances a pu réaliser des progrès considérables dans la détermination des coûts liés au programme de formation en AGMBI. Toutefois, l'environnement d'établissement des coûts de l'École en est encore à ses phases préliminaires d'administration, et certains renseignements ne se trouvaient pas dans le système financier officiel de l'École (le SAP). En conséquence, une partie importante de l'exercice reposait sur les commentaires des responsables de la formation en AGMBI et de leur personnel. Dans les quelques cas où on a remarqué des écarts entre les deux ensembles de chiffres, on a retenu les plus prudents (c. à d. la source de données indiquant le coût le plus élevé). Il convient de souligner que l'emploi de sources de données non officielles, qui ne pouvaient être validées par le système SAP, et à l'origine de certains doutes quant à la fiabilité des données. En outre, l'École a constaté un manque d'uniformité dans la manière dont le personnel du programme recueille et encode les données financières. Toute donnée financière présentée dans ce rapport doit donc être considérée comme une estimation et non comme une donnée réelle.

Dans certains cas, il était impossible de recueillir des données sur la détermination des coûts, ou des contraintes de temps faisaient en sorte qu'il était difficile d'obtenir l'information dans le délai prévu. Par conséquent, on n'a évalué ni la conception et la prestation des cours en ligne et des cours dispensés dans le cadre de ONGC ni les coûts de prestation supportés par les régions au cours de l'exercice 2008-2009. De plus, aucune analyse n'a été réalisée pour les cours en ligne compris dans le programme de cours en AGMBI. Les données financières de ces cours sont intégrées à d'autres secteurs d'activité de l'École (apprentissage mixte), et la Direction des finances a déterminé qu'il serait trop complexe d'extraire les coûts liés à la formation en AGMBI. Ces cours seront évalués à une date ultérieure à l'occasion de l'analyse de coûts relative aux outils et aux services en ligne de l'École offerts sur Campusdirect. L'exercice ne comprenait pas d'analyse intégrée des coûts de prestation et de conception parce que les données à cet égard proviennent d'autres sources que les Finances ne pouvaient pas vérifier au moment de l'évaluation. Finalement, le Séminaire intégré : Cours de base 2 et 3 (M722) n'a pas été inclus dans cette analyse en raison de son mode de prestation à grande échelle, qui occasionne des coûts nettement différents des autres cours en classe.

Données de l'évaluation de niveau un

L'analyse des données de niveau un portait notamment sur l'exercice 2005-2006. Étant donné que plusieurs cours sur les AGMBI ont été remaniés en 2006, lorsque la Politique d'apprentissage et la Directive qui s'y rattache ont été mises en œuvre, les participants aux cours sur les AGMBI de l'École ont probablement suivi des cours dont le contenu et le format étaient différents. Malheureusement, ce problème n'a été constaté qu'après que les données ont été regroupées avec celles des autres exercices financiers. Il convient donc de tenir compte de ce fait à la lecture de ce rapport.

Pendant la période précisée, l'École a apporté certaines modifications à son questionnaire de niveau un. Afin de faciliter l'analyse des données, on a choisi seulement les questions comparables comportant des choix de réponses semblables aux autres versions du questionnaire. Il convient de préciser que ce processus peut avoir influé sur la validité des données. Finalement, comme on a recueilli les données qualitatives sous forme regroupée et qu'il n'existait aucun moyen de les subdiviser, il était impossible de fournir des valeurs en pourcentage ou des proportions relativement aux commentaires des participants.

Données de l'évaluation de niveau deux

Comme il a été mentionné précédemment, on a retenu seulement quatre cours sur les AGMBI pour réaliser l'évaluation de niveau deux. La liste des cours offerts était limitée principalement par les exigences méthodologiques. Certains cours faisaient l'objet d'un remaniement au moment de cette évaluation et ne se prêtaient donc pas à une évaluation de niveau deux, tandis que d'autres n'avaient pas été offerts assez souvent pour produire des tendances en matière de données. Trois séances de cours ont servi à alimenter les constatations découlant de l'évaluation de niveau deux. Un plus grand nombre de points de données aurait sans doute amélioré la généralisabilité des constatations, mais les contraintes de temps et les annulations de cours ont nui à la collecte des données.

Annexe 4 : Sondage auprès des participants à la formation en AGMBI

L'École de la fonction publique du Canada (l'École) a récemment entrepris une évaluation des services de formation offerts à la collectivité fonctionnelle des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers (AGMBI). L'évaluation vise à examiner la pertinence, le rendement et l'efficacité des services de formation offerts à la collectivité des AGMBI.

Comme vous avez déjà suivi une formation dans le domaine des AGMBI offerte par l'École, nous aimerions vous inviter à participer à un court sondage. Vos réponses nous fourniront des renseignements sur le profil des participants de la collectivité des AGMBI, les points forts et les lacunes de la formation, et ses répercussions sur les fonctions des participants à leur retour au travail. Il vous faudra environ 10 minutes pour répondre au sondage.

Les renseignements que vous fournirez sont recueillis en vertu de l'alinéa 4f) de la Loi sur l'École de la fonction publique du Canada et seront conservés dans le système de tenue des dossiers de la Division de l'évaluation. Les renseignements personnels sont protégés en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels.

Nous vous remercions à l'avance de votre collaboration et du temps que vous consacrerez au sondage.

Contexte

1. Veuillez indiquer lequel des énoncés suivants décrit le mieux votre appartenance à la collectivité fonctionnelle des AGMBI :

  1. Je suis un spécialiste des acquisitions
  2. Je suis un spécialiste de la gestion du matériel
  3. Je suis un spécialiste des biens immobiliers
  4. Je suis un spécialiste de plusieurs domaines des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers
  5. Je ne suis pas un spécialiste, mais il m'arrive de réaliser des activités dans le domaine des acquisitions, de la gestion du matériel et/ou des biens immobiliers
  6. Je ne suis pas un spécialiste, mais je collabore avec des membres de la collectivité fonctionnelle des AGMBI
  7. Autre. Veuillez préciser : _____________________________
Profil de formation dans le domaine des AGMBI

2. Veuillez indiquer lequel des énoncés suivants décrit le mieux les raisons pour lesquelles vous avez suivi une formation dans le domaine des AGMBI à l'École :

  1. On m'a ciblé pour suivre des cours dans le domaine des AGMBI dans le cadre de ma formation indispensable
  2. J'ai suivi une formation dans le domaine des AGMBI à des fins de perfectionnement professionnel pour mon poste actuel
  3. J'ai suivi une formation dans le domaine des AGMBI à des fins de mobilité de carrière dans l'avenir
  4. Autre. Veuillez préciser : _____________________________

3. Dans la liste suivante, veuillez indiquer quels cours dans le domaine des AGMBI vous avez suivis à l'École. Les cours présentés en mauve sont offerts par l'entremise du campus virtuel de l'École, Campusdirect.Veuillez cocher tous les cours qui s'appliquent.

  1. Aperçu de la gestion du matériel (C233F)
  2. Aperçu de la gestion des biens immobiliers (C234F)
  3. Aperçu des acquisitions (C235F)
  4. Introduction à la gestion des biens immobiliers (M721)
  5. Introduction à la gestion du matériel (M704)
  6. Introduction aux acquisitions (M718)
  7. Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et de l'immobilier (C137F)
  8. Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers (M714)
  9. Les rouages du gouvernement et la gestion du cycle de vie des actifs (M716)
  10. Séminaire intégré (M722)
  11. Tout ce qui précède
  12. Aucune de ces réponses

4. En ce qui a trait au cours C137, « Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et de l'immobilier », à quelle fréquence utilisez-vous les notions apprises durant le cours dans le cadre de vos fonctions?:

  1. Toujours
  2. Souvent
  3. Parfois
  4. Jamais
  5. Ne s'applique pas - je n'ai pas suivi ce cours

5. Dans la liste suivante, veuillez indiquer les autres cours dans le domaine des AGMBI que vous avez suivis à l'École. Les cours présentés en mauve sont offerts par l'entremise du campus virtuel de l'École, Campusdirect. Veuillez cocher tous les cours qui s'appliquent.

  1. Les considérations autochtones dans le cadre de l'approvisionnement (C223F)
  2. Gestion des marchés (M720)
  3. Élaboration d'un énoncé de travail et des critères d'évaluation (M711)
  4. Aliénation des biens meubles excédentaires de l'État et recouvrement des investissements (M715)
  5. Achats écologiques (C215F)
  6. Gestion des marchés de services (M404)
  7. Tout ce qui précède
  8. Aucune de ces réponses
Satisfaction générale

6. Veuillez indiquer votre niveau de satisfaction général quant aux cours dans le domaine des AGMBI que vous avez suivis à l'École :

  1. Très satisfait
  2. Satisfait
  3. Neutre
  4. Insatisfait
  5. Très insatisfait

7. Dans l'ensemble, quel élément de la formation de l'École dans le domaine des AGMBI avez vous trouvé le plus satisfaisant? Nous encourageons les répondants à préciser des cours en particulier et/ou des contextes précis, si possible.

8. Dans l'ensemble, quel élément de la formation de l'École dans le domaine des AGMBI avez vous trouvé le moins satisfaisant? Nous encourageons les répondants à préciser des cours en particulier et/ou des contextes précis, si possible..

Résultats de l'apprentissage

9. Veuillez coter les énoncés ci-dessous en fonction de l'échelle suivante :
Entièrement d'accord, d'accord, ni d'accord ni en désaccord, en désaccord, fortement en désaccord.

Grâce à la formation dans le domaine des AGMBI que j'ai suivie à l'École...

  1. Grâce à la formation dans le domaine des AGMBI que j'ai suivie à l'École
  2. Ma connaissance des rôles et des responsabilités des intervenants clés dans le domaine des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers a augmenté.
  3. Ma connaissance des autres aspects du travail lié aux acquisitions, à la gestion du matériel et aux biens immobiliers a augmenté.
  4. Je comprends mieux les liens entre les trois fonctions (acquisitions, gestion du matériel et biens immobiliers).
  5. Je comprends mieux le rôle des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers à l'appui de l'exécution des programmes gouvernementaux.
  6. Je comprends mieux le rôle des spécialistes des AGMBI dans la fonction publique.

10. Choisissez l'énoncé qui décrit le mieux les répercussions de la formation à votre retour au travail :

  1. J'ai adopté et conservé de nouvelles méthodes de travail.
  2. J'ai réfléchi à ce que j'ai appris et, à l'occasion, j'ai changé ma méthode de travail habituelle.
  3. J'ai tenté quelques fois de changer ma méthode de travail, mais sans succès.
  4. Je n'ai pas ressenti le besoin de changer ma méthode de travail parce que j'applique déjà dans mon travail les connaissances et les habiletés couvertes par la formation.
  5. J'avais l'impression que les cours ne s'appliquaient pas réellement à mes fonctions.
  6. Je n'ai pas changé ma méthode de travail parce que je ne savais pas comment appliquer ce que j'avais appris à la formation à mon retour au travail.
  7. Autre. Veuillez préciser : ___________________________________________________________

11. Avez-vous retiré d'autres avantages inattendus de votre formation dans le domaine des AGMBI à l'École?

  1. Oui
  2. Non

Dans l'affirmative, veuillez préciser :

12. Veuillez indiquer dans quelle mesure vous estimez qu'il est important pour chacun des groupes fonctionnels de suivre la formation de l'École dans le domaine des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers, au moyen de l'échelle suivante :
Très important, important, pas très important, pas important.

  1. Acquisitions
  2. Gestion du matériel
  3. Biens immobiliers

13. Veuillez ajouter tout commentaire supplémentaire que vous aimeriez formuler au sujet de votre expérience d'apprentissage dans le cadre de la formation sur les AGMBI à l'École :

Autre formation

14. Avez-vous déjà suivi des cours de formation dans le domaine des acquisitions, de la gestion du matériel ou des biens immobiliers ailleurs qu'à l'École?

  1. Oui
  2. Non › passez à la question 17

15. Si vous avez répondu par l'affirmative, veuillez indiquer où vous avez suivi la majeure partie de la formation.

  1. Au sein de mon ministère/organisme
  2. À l'université ou au collège
  3. Autre. Veuillez préciser : ____________________________________

16. Si vous avez répondu par l'affirmative, veuillez choisir la réponse qui décrit le mieux la raison pour laquelle vous avez suivi cette formation.

  1. Mon ministère/organisme avait déterminé que cette formation était nécessaire.
  2. La formation a été offerte par mon ministère/organisme à des fins de perfectionnement professionnel
  3. .Mon gestionnaire m'a conseillé de suivre cette formation dans le cadre de mon plan d'apprentissage.
  4. La formation offerte par l'université ou le collège fait partie intégrante d'un processus d'accréditation (diplôme, grade supérieur ou certificat).
  5. Autre. Veuillez préciser : _____________________________________
Données démographiques

17. Depuis combien d'années travaillez-vous comme spécialiste des acquisitions, de la gestion du matériel et/ou des biens immobiliers?

  1. Moins de 3 ans
  2. De 3 à 5 ans
  3. De 5 à 10 ans
  4. Plus de 10 ans
  5. Ne s'applique pas - je ne suis pas un spécialiste des AGMBI

18. Dans quelle région avez-vous suivi la majeure partie ou la totalité de votre formation?

  1. Région de la capitale nationale
  2. Région du Québec
  3. Région de l'Ontario
  4. Région du Pacifique et du Yukon
  5. Région centrale des Prairies
  6. Région de l'Alberta, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut
  7. Région de l'Atlantique
Autres

19. Le Secrétariat du Conseil du Trésor gère un programme de perfectionnement professionnel et de certification pour l'ensemble du gouvernement, qui comprend un programme de certification visant les membres de la collectivité des acquisitions et de la gestion du matériel du gouvernement fédéral. Si vous êtes un spécialiste des acquisitions ou de la gestion du matériel, connaissiez-vous l'existence de ce programme de certification?

  1. Oui
  2. Non › passez à la question 21
  3. Ne s'applique pas - Je suis un spécialiste des biens immobiliers › passez à la question 21
  4. Ne s'applique pas - Je ne suis pas un spécialiste des acquisitions, de la gestion du matériel ni des biens immobiliers › passez à la question 21

20. Dans l'affirmative, avez-vous l'intention d'obtenir cette certification?

  1. Oui
  2. Non
  3. Je ne sais pas encore

21. Dans l'avenir, il se peut que la Division de l'évaluation de l'École organise des groupes de discussion ou mène des entrevues auprès de participants ayant suivi une formation dans le domaine des AGMBI afin de recueillir d'autres données. Accepteriez-vous d'y participer?

  1. Oui, vous pouvez me joindre à l'adresse courriel suivante : _________________
  2. Non

Merci d'avoir répondu au sondage!

Annexe 5: Sondage auprès des formateurs en AGMBI

Avant de commencer

Nous apprécions recevoir vos commentaires et suggestions. Des espaces sont réservés à cet effet. Notez qu'à l'avenir, ces espaces seront adaptés à la longueur de vos réponses. Le texte est en italique là où les instructions additionnelles sont requises.

Section 1 : Profil de formation

1. Dans la liste suivante, veuillez indiquer quels cours dans le domaine des AGMBI vous avez enseignés à l'École. Veuillez cocher tous les cours qui s'appliquent.

  • Introduction à la gestion des biens immobiliers (M721)
  • Introduction à la gestion du matériel (M704)
  • Introduction aux acquisitions (M718)
  • Environnement juridique et politique des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers (M714)
  • Les rouages du gouvernement et la gestion du cycle de vie des actifs (M716)
  • Séminaire intégré (M722)
  • Gestion des marchés (M720)
  • Élaboration d'un énoncé de travail et des critères d'évaluation (M711)
  • Aliénation des biens meubles excédentaires de l'État et recouvrement des investissements (M715)
  • Gestion des marchés de services (M404)
  • Tout ce qui précède
  • Aucune de ces réponses
Section 2 : Ressources, rôles et responsabilités, procédures et gouvernance

2. Veuillez coter les énoncés ci-dessous en fonction de l'échelle suivante :

  1. Je dispose de tous les outils pour faire correctement mon travail.
    • entièrement d'accord
    • d'accord
    • ni d'accord ni en désaccord
    • en désaccord
    • fortement en désaccords
  2. Les processus et les procédures qui régissent mon travail sont bien définis et bien documentés.
    • entièrement d'accord
    • d'accord
    • ni d'accord ni en désaccord
    • en désaccord
    • fortement en désaccords
  3. Je connais mon rôle et mes responsabilités dans la gestion et la livraison des cours que j'enseigne.
    • entièrement d'accord
    • d'accord
    • ni d'accord ni en désaccord
    • en désaccord
    • fortement en désaccords
  4. Je connais le rôle et les responsabilités du personnel de l'École impliqués dans la gestion et la livraison des cours que j'enseigne.
    • entièrement d'accord
    • d'accord
    • ni d'accord ni en désaccord
    • en désaccord
    • fortement en désaccords
  5. Je peux faire des suggestions à mes gestionnaires afin d'améliorer les cours de l'AGMBI que j'enseigne.
    • entièrement d'accord
    • d'accord
    • ni d'accord ni en désaccord
    • en désaccord
    • fortement en désaccords
  6. Mes suggestions sont prises en compte dans la mise à jour des cours par les gestionnaires.
    • entièrement d'accord
    • d'accord
    • ni d'accord ni en désaccord
    • en désaccord
    • fortement en désaccords
  7. Je pense qu'il serait bénéfique d'avoir un forum de discussion avec les autres instructeurs de l'AGMBI pour échanger sur les connaissances et discuter des défis, des succès et des leçons apprises pendant la livraison des cours de formation de l'AGMBI.
    • entièrement d'accord
    • d'accord
    • ni d'accord ni en désaccord
    • en désaccord
    • fortement en désaccords

Le cas échéant, veuillez fournir des commentaires additionnels :

3.Veuillez indiquer, en tant qu'instructeur(trice), votre niveau de satisfaction général quant aux cours dans le domaine des AGMBI que vous avez enseignés à l'École (matériel de cours, PowerPoint et les tirés à part, etc.) :

  • Très satisfait
  • Satisfait
  • Neutre
  • Insatisfait
  • Très insatisfait

Le cas échéant, veuillez fournir des commentaires additionnels :

4. Please rate your overall satisfaction with the PMMRP course facilities provided by the Canada School to you as an instructor:

  • Très satisfait
  • Satisfait
  • Neutre
  • Insatisfait
  • Très insatisfait

Le cas échéant, veuillez fournir des commentaires additionnels :

Section 3 : Pertinence, points saillants et opportunités d'amélioration

5. Selon vous, quelles sont les actions entreprises pour améliorer l'efficience et/ou l'efficacité des cours de formation de l'AGMBI offerts par l'École. Nous encourageons les répondants à préciser les cours en particulier.

6. Selon vous, quels sont les défis auxquels vous avez fait face dans la gestion et la dispense des cours de l'AGMBI offerts par l'École? Nous encourageons les répondants à préciser les cours en particulier.

7. Selon vous, y a-t-il eu des facteurs externes qui ont agi négativement sur la qualité des cours que vous avez enseignés/que vous enseignez présentement? Nous encourageons les répondants à préciser les cours en particulier.

8. Selon vous, quels aspects de la conception et/ou de la dispense des cours de l'AGMBI offerts par l'École devraient être améliorés pour assurer un meilleur apprentissage aux participants. Nous encourageons les répondants à préciser les cours en particulier.

Section 4 : Données démographiques

9. Veuillez indiquer lequel des énoncés suivants qui décrit le mieux votre statut d'employé(e) :

  • Je suis un(e) employé(e) de l'École de la fonction publique du Canada
  • Je suis un(e) consultant(e) du secteur privé sous contrat avec l'École de la fonction publique du Canada
  • Si autre, veuillez expliquer :

10. Veuillez indiquer lequel des énoncés suivants décrit le mieux votre expérience dans les services de formation de l'AGMBI offerts par l'École :

  • J'ai travaillé dans les acquisitions.
  • J'ai travaillé dans la gestion du matériel.
  • J'ai travaillé dans les biens immobiliers.
  • J'ai de l'expérience de travail dans plus d'un des domaines de l'acquisition, la gestion du matériel et des biens immobiliers.

11. Combien d'années d'expérience avez-vous dans le domaine des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers?

  • Moins de 3 ans
  • De 3 à 5 ans
  • De 5 à 10 ans
  • Plus de 10 ans
  • Aucune de ces réponses, je n'ai jamais travaillé dans le domaine des acquisitions, de la gestion du matériel et/ou des biens immobiliers.

12. Depuis combien de temps travaillez-vous comme instructeur(trice) dans le domaine des acquisitions, de la gestion du matériel et/ou des biens immobiliers?

  • Moins de 3 ans
  • De 3 à 5 ans
  • De 5 à 10 ans
  • Plus de 10 ans

13. En dehors de l'École, où avez-vous travaillé comme instructeur(trice) des cours de formation de l'AGMBI?

  • Autres ministères ou agences
  • Autre institution académique (p. ex. collège ou université)
  • Je n'ai jamais travaillé à titre d'instructeur dans le domaine de l'AGMBI à l'extérieur de l'École de la fonction publique.
  • Si autre, veuillez spécifier :

14. Veuillez indiquer la région principale où vous livrez le cours de formation de l'AGMBI pour l'École de la fonction publique du Canada :

  • National Capital Région
  • Québec Région
  • Ontario Région
  • Pacifique et Yukon Région
  • Centre des prairies Région
  • Alberta, Northwest Territories and Nunavut Région
  • Atlantique Région

15. Avez-vous voyagé dans d'autres régions pour donner des cours de formation de l'AGMBI pour l'École de la fonction publique du Canada?

  • Oui
  • Non

Si oui, veuillez nommer les régions où vous avez donné ces cours de formation :

16. Veuillez indiquer votre lieu de résidence permanente.

  • Région de la capitale nationaleRégion du Québec
  • Région de l'Ontario
  • Région du Pacifique et du Yukon
  • Région centrale des Prairies
  • Région de l'Alberta, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut
  • Région de l'Atlantique
Section 5 : Autres

17. Selon vous, est-ce que ce sont les personnes adéquates qui assistent à vos cours?

  • Oui
  • Non

Si non, veuillez préciser :

18. Le cas échéant, donnez plus de commentaires :

Merci d'avoir répondu au sondage!

Annexe 6 : Responsables de la formation en AGMBI, Guide d'entrevue

Bonjour,

Nous vous remercions de prendre le temps d'échanger avec nous au sujet des services de formation dans le domaine des AGMBI. Les objectifs de l'entrevue sont les suivants :

  • recueillir de l'information sur l'histoire de la formation;
  • en apprendre sur le rôle et les responsabilités des divers intervenants de l'interne et de l'extérieur;
  • cerner les grandes réussites, les principales difficultés, les gains en efficacité et les secteurs nécessitant des améliorations.

Vos réponses nous permettront de mieux comprendre la formation donnée et de fournir des directives au personnel pour les activités imminentes de collecte de données.

La Loi sur la protection des renseignements personnels et la confidentialité

Les renseignements que vous fournirez sont recueillis en vertu de l'alinéa 4f) de la Loi sur l'École de la fonction publique du Canada et seront conservés dans le système de tenue des dossiers de la Division de l'évaluation. Les renseignements personnels sont protégés en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels.

Section A - Contexte
  1. Quel est votre rôle et quelles sont vos responsabilités en ce qui concerne les services de formation offerts aux membres de la collectivité fonctionnelle des AGMBI? Quel est votre bagage en matière de formation?
  2. Depuis combien de temps travaillez vous à l'École avec l'équipe chargée de la formation dans le domaine des AGMBI?
Section B - Rôle et responsabilités, procédures, processus et gouvernance

Intervenants internes

  1. Quels employés de l'École sont chargés de la conception et de la prestation des services de formation?
    • Quelles sont les différentes équipes en question, quel est leur rôle et quelles sont leurs responsabilités? Pouvez-vous nous fournir un organigramme?
    • Est-ce que des procédures et des processus internes régissent le travail?
      1. Est-ce que ces procédures et ces processus sont documentés?
      2. À votre avis, les employés suivent-ils ces procédures et ces processus?
    • Existe-t-il une stratégie de base commune aux différents bureaux régionaux pour la prestation de services de formation dans le domaine des AGMBI? À votre avis, y a-t-il un bureau régional auquel on devrait s'adresser pour cette évaluation étant donné ses pratiques exemplaires?
    • À votre avis, y a-t-il des aspects du travail que l'on pourrait organiser autrement pour améliorer la rapidité d'exécution et accroître la production et la qualité du travail? Dans l'affirmative, veuillez donner des détails.
    • Une stratégie de mesure du rendement existe-t-elle pour la surveillance des services de formation? Des données sont-elles recueillies, et dans l'affirmative, par qui le sont-elles?
    • A t on mis en place une stratégie de production de rapports pour informer la haute direction? Pouvez vous nous soumettre des copies de rapports qui ont été produits à cette fin?
    • Y a-t-il des procédures et des processus qui régissent les domaines de collaboration avec les autres services de l'École (c.-à-d. AI, LOI, Bureau du registraire, Évaluation, Campusdirect, Finances et Marketing)?
    • Ces éléments sont-ils documentés?
Intervenants externes
  1. Quel est le rôle du Bureau de la gestion de la collectivité (BGC) au SCT?
    1. Y a-t-il des processus qui régissent vos échanges avec le Bureau de la gestion de la collectivité? Par exemple, un protocole d'entente a-t-il été conclu?
    2. Est-ce que le rôle et les responsabilités sont clairement documentés?
    3. Des difficultés se posent elles (c. à d. communication, duplication des efforts, etc.)?
  2. Quel est le rôle de l'Office des normes générales du Canada (ONGC)?
    • Des processus en vigueur régissent ils vos échanges avec l'ONGC?
    • Est-ce que le rôle et les responsabilités sont clairement documentés?
    • Des difficultés se posent elles (c. à d. communication, duplication des efforts, etc.)?
  3. Au départ, quel était le rôle de TPSGC dans la prestation de services de formation à l'intention de la collectivité?
    • Ce rôle a-t-il changé?
      1. Comment et pourquoi?
    • Pouvez vous nous donner le nom d'un employé de TPSGC avec qui nous pourrions communiquer pour obtenir de plus amples renseignements?
Section C - Services de formation

Contexte

  1. Quelle est l'histoire de la formation offerte par l'École dans le domaine des AGMBI (c. à d. changements dans le contenu, l'orientation et la portée au fil du temps)?
  2. Existe t il une procédure établie que les participants doivent suivre (c. à d. une série d'étapes) pour ce qui est des cours de formation requis?
  3. Au départ, comment déterminait on les cours qui constitueraient des cours obligatoires pour les membres de la collectivité?
  4. Des difficultés se sont elles posées au cours de la conception et de la prestation des services de formation?
    • Dans l'affirmative, comment a t on géré ces difficultés?
    • A t on pris d'autres mesures pour améliorer l'efficience ou l'efficacité de la formation (en rapport avec les extrants, les résultats et les coûts)?
  5. Comment l'École détermine t elle les cours qui doivent être offerts aux membres de la collectivité?
  6. Qui est chargé de déterminer le public cible pour les cours dans le domaine des AGMBI?
  7. À part ceux de l'École, connaissez vous des cours qui sont offerts aux membres de la collectivité (p. ex. dans le secteur privé, par des sociétés d'experts-conseils, des universités et des collèges, ou dans le secteur public, par d'autres ministères ou organismes)?
Rendement
  1. À votre avis, y a-t-il des facteurs externes qui nuisent ou qui ont nui au succès de services de formation, c'est à dire à l'atteinte des objectifs fixés pour les participants?
    • A-t-on pris des mesures pour atténuer l'incidence de ces facteurs?
  2. La formation offerte a t elle eu des effets négatifs ou positifs imprévus?
  3. À votre avis, la formation dans le domaine des AGMBI devrait-elle être obligatoire pour les membres de la collectivité fonctionnelle, à l'instar de la formation sur la délégation des pouvoirs pour les gestionnaires de la fonction publique? Dans l'affirmative, pourquoi, ou dans la négative, pourquoi?

Annexe 7 : Concepteurs des cours de la formation en AGMBI, Guide d'entrevue

Date : __________________________

Nom de la personne interrogée : _________________________________________

Nom de l'intervieweur ou de l'intervieweuse : _________________________________________

Bonjour!

Nous vous remercions de prendre le temps d'échanger avec nous sur les services de formation dans le domaine des AGMBI. L'objet de l'entrevue est le suivant :

  • rassembler des renseignements sur le processus de conception et de mise à jour des cours de l'AGMBI;
  • cerner les grandes réussites, les principales difficultés, les gains en efficacité et les secteurs à améliorer.

Vos réponses nous permettront de mieux comprendre la formation donnée. Elles faciliteront en outre la préparation du rapport d'évaluation définitif.

La Loi sur la protection des renseignements personnels et la confidentialité

Les renseignements que vous fournirez sont recueillis en vertu de l'alinéa 4(f) de la Loi sur l'École de la fonction publique du Canada et seront conservés dans le système de tenue des dossiers de la Division de l'évaluation. Les renseignements personnels sont protégés en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels.

Section A : Expérience
  1. Quels sont votre rôle et vos responsabilités par rapport aux services de formation offerts à la collectivité fonctionnelle des AGMBI?
    • Travaillez-vous seul(e) ou au sein d'une équipe de travail? Si vous êtes membre d'une équipe, veuillez décrire comment votre travail se situe par rapport à celui de vos collègues.
  2. Depuis combien de temps travaillez-vous aux services de formation de l'AGMBI de l'École de la fonction publique du Canada?
  3. Nommez les cours dont vous avez été responsable de la conception ou de la mise à jour.
    • Est-ce que les concepteurs de cours se consultent sur le contenu et la structure des cours qu'ils conçoivent séparément?
Section B : Rôles et responsabilités, procédures, processus et gouvernance
  1. Qui décide de la conception ou du développement d'un nouveau cours?
  2. L'École de la fonction publique du Canada consulte-t-elle ses partenaires (p. ex. SCT, l'Office des normes générales du Canada [ONGC]) pendant le processus de la conception ou de la mise à jour des cours?
  3. Les cours dont vous avez été responsable ont-ils subi de grands changements? Si oui, pourquoi?
  4. Y a-t-il des normes et des directives que les concepteurs sont tenus de suivre pour la conception des cours?
  5. Tenez-vous compte des réalités régionales dans la conception des cours?
  6. Selon vous, l'École devrait-elle améliorer le processus de conception et de mise à jour de ses cours de formation de l'AGMBI? Si oui, comment?
  7. Une fois complétée la conception/mise à jour du cours, comment mesurez-vous sa performance?
    • Recevez-vous des données relatives à la mesure de performance du cours?
      1. Si oui, qu'en faites-vous?
      2. Selon vous, quelles sont les données les plus utiles pour la mesure de performance?
      3. Dans le cas où vous n'avez reçu aucune donnée sur le cours, de quelles d'informations avez vous besoin pour mesurer sa performance?
  8. Selon vous, y a-t-il des aspects de la conception ou de la mise à jour des cours de formation de l'AGMBI qui devraient être améliorés pour rehausser la qualité? Si oui, précisez.
  9. Selon vous, y a-t-il des facteurs externes qui agissent négativement sur le processus de conception et de mise à jour des cours?
    • Si oui, quelles sont les actions à entreprendre pour les résorber.
  10. Dans l'ensemble, êtes vous satisfait(e) de la conception des cours de formation de l'AGMBI de l'École de la fonction publique du Canada?

Annexe 8 : Responsables de la formation en AGMBI des régions, Guide d'entrevue

Nom de la personne interrogée : _____________________________________________

Nom de l'intervieweur ou de l'intervieweuse : _____________________________________________

Bonjour!

Nous vous remercions de prendre le temps d'échanger avec nous sur les services de formation dans le domaine des AGMBI. L'objet de l'entrevue est le suivant :

  • rassembler des renseignements sur le déroulement de la formation sur les AGMBI dans la région;
  • cerner les grandes réussites, les principales difficultés, les gains en efficacité et les secteurs laissant à désirer.

Vos réponses nous permettront de mieux comprendre la formation donnée. Elles faciliteront en outre la préparation du rapport d'évaluation définitif.

La Loi sur la protection des renseignements personnels et la confidentialité

Les renseignements que vous fournirez sont recueillis en vertu de l'alinéa 4f) de la Loi sur l'École de la fonction publique du Canada et seront conservés dans le système de tenue des dossiers de la Division de l'évaluation. Les renseignements personnels sont protégés en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels.

Section A - Contexte
  1. Quel est votre rôle et vos responsabilités par rapport aux services de formation offerts à la collectivité fonctionnelle des AGMBI dans la région?
  2. Depuis combien de temps travaillez-vous dans la région?
  3. Depuis combien de temps œuvrez à l'administration des services de formation donnés dans le domaine des AGMBI dans la région? Quel pourcentage de votre temps y consacrez-vous?
Section B - Rôles et responsabilités, procédures, processus et gouvernance

Intervenants internes

  1. Quel est le rôle joué par la région dans l'administration et la prestation des services de formation dans le domaine des AGMBI?
  2. Quel est le nombre d'employés de l'École de la fonction publique du Canada qui sont affectés à la prestation des services de formation sur les AGMBI dans la région?
    • Quels sont leur rôle et leurs responsabilités? Pouvez-vous nous fournir un organigramme?
  3. Quand vous recevez le matériel de formation d'un cours, avez-vous déjà jugé nécessaire de modifier le contenu du cours ou les méthodes d'enseignement suggérées afin de répondre aux besoins de vos apprenants?
    • Si oui, combien de fois avez-vous modifié le contenu et/ou les méthodes d'enseignement?
    • Si oui, veuillez décrire les modifications que vous avez apportées.
  4. De quelle façon qualifieriez-vous la relation existant entre votre région et le secteur central de la formation sur les AGMBI dans la RCN?
    • Quelles sont les forces/les faiblesses de la relation?
    • Selon vous, que pourrait-on faire pour l'améliorer?
  5. À votre avis, y a-t-il d'autres aspects des services de formation offerts dans le domaine des AGMBI qui pourraient être organisés différemment de sorte qu'on puisse améliorer la rapidité d'exécution, la quantité et la qualité du travail? Dans l'affirmative, pouvez-vous nous donner des précisions?
  6. A t on établi une stratégie de mesure du rendement dans votre région pour faire le suivi des services de formation? Des données sont-elles recueillies et par qui le sont elles?
    • Les données sur le rendement sont-elles transmises à la RCN? Pourquoi?
  7. A t on mis en place une stratégie de présentation de rapports dans le but d'informer la haute direction? Pouvez vous nous soumettre des copies des rapports qui ont été produits à cette fin?
  8. Au cours de l'administration et de la prestation des services de formation sur les AGMBI dans la région, vous est-il arrivé d'avoir des échanges avec d'autres secteurs de l'École (p. ex. la DGAI, la DGLOI, le Registraire et l'Évaluation, Campusdirect, les Finances et le Marketing)?
Section C - Services de formation
  1. L'administration et la prestation des services de formation dans le domaine des AGMBI dans la région ont-elles posé des défis?
    • Dans l'affirmative, quels étaient ces défis et comment ont-ils été gérés?
    • A t on pris d'autres mesures pour améliorer l'efficience et/ou l'efficacité de la formation (en rapport avec les extrants, les résultats et les coûts)?
    • * Référez-vous au modèle logique du cadre conceptuel *
  2. À votre connaissance, y a-t-il d'autres cours non dispensés par l'École de la fonction publique du Canada qui sont offerts aux membres de la collectivité dans votre région (p. ex. dans le secteur privé par des sociétés d'experts conseils, des universités et des collèges, ou dans le secteur public par d'autres ministères ou organismes)?
Rendement
  1. À votre avis, y a-t-il des facteurs externes qui rendent ou qui ont rendu difficile l'atteinte des résultats des services de formation pour les participants régionaux?
    • Des mesures ont-elles été prises dans la région en vue d'en atténuer l'incidence?
  2. La prestation de ces services de formation dans la région a-t-elle donné des résultats positifs ou négatifs imprévus?
  3. Selon vous, la formation dans le domaine des AGMBI devrait-elle être obligatoire pour les membres de la collectivité fonctionnelle, à l'instar de la formation sur la délégation des pouvoirs pour les gestionnaires de la fonction publique? Pourquoi?

Annexe 9 : Représentants de l'apprentissage mixte, Guide d'entrevue

Bonjour,

Nous vous remercions de prendre le temps d'échanger avec nous au sujet des services de formation dans le domaine des AGMBI. Les objectifs de l'entrevue sont les suivants :

  • recueillir de l'information sur le lien qui existe entre l'équipe de l'apprentissage mixte et les cours de formation de l'École dans le domaine des AGMBI;
  • cerner les grandes réussites, les principales difficultés, les gains en efficacité et les secteurs nécessitant des améliorations.

Vos réponses nous permettront de mieux comprendre la formation donnée et faciliteront la préparation du rapport d'évaluation définitif.

La Loi sur la protection des renseignements personnels et la confidentialité

Les renseignements que vous fournirez sont recueillis en vertu de l'alinéa 4f) de la Loi sur l'École de la fonction publique du Canada et seront conservés dans le système de tenue des dossiers de la Division de l'évaluation. Les renseignements personnels sont protégés en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels.

Section A - Contexte
  1. Depuis combien de temps travaillez vous au sein de l'équipe de l'apprentissage mixte?
  2. Quel est votre rôle dans l'équipe?
  3. Depuis combien de temps l'équipe de l'apprentissage mixte travaille t elle aux cours de formation dans le domaine des AGMBI?
  4. Aujourd'hui, quel est le rôle et quelles sont les responsabilités de l'équipe de l'apprentissage mixte en ce qui concerne les services de formation offerts aux membres de la collectivité fonctionnelle des AGMBI?
    • Ce rôle a-t-il changé au fil du temps?
    • Personnel : taille, temps alloué aux cours dans le domaine des AGMBI et spécialisations (des membres de l'équipe sont ils des spécialistes de la conception en ligne ou des spécialistes de l'apprentissage?)
      1. Les membres ont ils de l'expérience dans le domaine de l'A, de la GM ou des BI?
  1. Quel cours ou quels cours l'équipe de l'apprentissage mixte doit elle concevoir et tenir à jour?
    1. Cours offrant une « vue d'ensemble » (233, 234, 235)
    2. Environnement juridique et politique : fonctions relatives au domaine des AGMBI (137)
    3. Les considérations autochtones dans le cadre de l'approvisionnement (223)
    4. Achats écologiques (215)
Section B - Rôle et responsabilités, procédures, processus et gouvernance
  1. Qui détermine le contenu et la structure des cours en ligne dans le domaine des AGMBI?
    • D'autres intervenants sont ils consultés pendant ce processus?
      • Dans l'affirmative, qui?
        • En quoi consiste leur contribution?
  2. L'équipe de l'apprentissage mixte communique t elle avec l'équipe de conception de cours dans le domaine des AGMBI au sujet du contenu et de la structure des cours qu'elles doivent concevoir chacune de leur côté?
  3. Le processus en a-t-il été un de collaboration au cours de la mise au point et de la tenue à jour des anciens cours en ligne et de la conception de nouveaux cours?
  4. À votre avis, en ce qui concerne la conception de cours en ligne dans le domaine des AGMBI, les responsabilités et le rôle de votre équipe et des autres intervenants sont ils clairement définis? Dans l'affirmative, pourquoi, ou dans la négative, pourquoi?
  5. De quelle façon les cours en ligne dans le domaine des AGMBI sont ils financés? Des protocoles d'entente ont ils été conclus avec le SCT?
  6. A t on apporté d'importantes modifications à certains cours en ligne? Dans l'affirmative, pourquoi?
  7. Qui autorise les mises à jour ou les modifications touchant le matériel en ligne?
  8. Lorsque des changements importants sont apportés (p. ex. dans des politiques), comment vous met on au courant? Qui le fait?
    • Pour ce qui est des intervenants, les avise t on lorsque des changements importants sont apportés au contenu des cours en ligne dans le domaine des AGMBI?
  9. Qui est chargé de l'évaluation du rendement des cours en ligne?
  10. Quels renseignements sont utilisés dans ce type d'évaluation?
  11. Le processus de conception et de tenue à jour des cours de formation en ligne de l'École dans le domaine des AGMBI pourrait il être amélioré? Dans l'affirmative, comment?
  12. Des difficultés se sont elles posées dans la conception et la tenue à jour des cours en ligne dans le domaine des AGMBI?
  13. À votre avis, y a-t-il des facteurs externes qui ont des effets négatifs sur le processus lié à la conception et à la tenue à jour des cours?
    • Dans l'affirmative, quelles mesures a t on prises au regard de ces facteurs?
  14. En général, êtes vous satisfait ou satisfaite à l'égard des cours de formation en ligne de l'École dans le domaine des AGMBI?

Annexe 10 : Bureau de la gestion de la collectivité des AGMBI au SCT, Guide d'entrevue

Bonjour,

Nous vous remercions de prendre le temps d'échanger avec nous au sujet des services de formation dans le domaine des AGMBI. Les objectifs de l'entrevue sont les suivants :

  • en apprendre davantage sur la gouvernance liée aux services de formation;
  • cerner les grandes réussites, les principales difficultés, les gains en efficacité et les secteurs laissant à désirer.

Vos réponses nous permettront de mieux comprendre la formation donnée, ainsi que de nous faire une idée générale des autres activités de collecte de données.

La Loi sur la protection des renseignements personnels et la confidentialité

Les renseignements que vous fournirez sont recueillis en vertu de l'alinéa 4f) de la Loi sur l'École de la fonction publique du Canada et seront conservés dans le système de tenue des dossiers de la Division de l'évaluation. Les renseignements personnels sont protégés en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels.

Section A - Contexte
  1. Qu'est-ce que le BGC?
    • Historique
    • Rôle et responsabilités
      1. Pourriez vous décrire les étapes du processus d'élaboration, de conception et de refonte des cours auxquelles prend part le BGC?
    • Relation avec d'autres divisions du SCT (p. ex. centres de politiques)
    • Relation avec d'autres intervenants importants
      1. La collectivité fonctionnelle des AGMBI
      2. L'École de la fonction publique du Canada
      3. L'Office des normes générales du Canada
    • Le rôle du BGC a-t-il changé au fil du temps? Dans l'affirmative, dans quelle mesure?
    • La relation qu'entretient le BGC avec les autres intervenants importants a t elle changé au fil du temps? Dans l'affirmative, dans quelle mesure?
    • Qui a le dernier mot en ce qui concerne la détermination des objectifs et du contenu des cours?
  2. Depuis combien de temps travaillez vous au sein du Bureau de la gestion de la collectivité (BGC)?
  3. Avant de faire partie de l'équipe du BGC, participiez vous à des activités liées à la collectivité des AGMBI?
  4. Quel est votre rôle et quelles sont vos responsabilités en ce qui concerne la formation offerte par l'École?
Section B - Rôle et responsabilités, procédures, processus et gouvernance
  1. Des lignes directrices ou des procédures en vigueur régissent elles vos échanges avec l'École?
    • Protocoles d'entente; ententes sur les niveaux de service; autres accords
  2. Les lignes directrices ou les procédures sont elles clairement documentées? Dans l'affirmative, veuillez donner des détails.
    • Respecte t on ces lignes directrices ou ces procédures? Dans la négative, pourquoi?
  3. A t on établi des calendriers pour régir la coordination des activités entre les différents intervenants importants? Dans l'affirmative, veuillez donner des détails.
    • Respecte t on ces calendriers? Dans la négative, pourquoi?
  4. A t on éprouvé des difficultés pour ce qui est de la coordination avec les autres intervenants importants (ces derniers sont énumérés à la section A)? Dans l'affirmative, dans quelle mesure?
    • A t on pris des mesures pour surmonter ces difficultés?
  5. À votre avis, y a-t-il des aspects de la gouvernance liée aux services de formation dans le domaine des AGMBI que l'on pourrait organiser autrement pour améliorer l'administration de la formation? Dans l'affirmative, veuillez donner des détails.
Section C - Services de formation
  1. À votre avis, quelles seraient les principales réussites liées aux services de formation offerts par l'École dans le domaine des AGMBI?
  2. À votre avis, quelles sont les principales difficultés qui existent pour ce qui est des services de formation offerts par l'École dans le domaine des AGMBI?
    • Connaissez vous des initiatives qu'on a mises en œuvre pour surmonter ces difficultés? Dans l'affirmative, veuillez donner des détails.
    • Connaissez vous d'autres mesures qu'on a prises pour améliorer l'efficience et l'efficacité de la formation offerte?
  3. À votre avis, y a-t-il des facteurs externes qui nuisent ou qui ont nui au succès de services de formation, c'est à dire à l'atteinte des objectifs fixés pour les participants?
    • A t on pris des mesures pour atténuer l'incidence de ces facteurs?
  4. À votre avis, la formation offerte par l'École a-t-elle eu des effets imprévus sur les membres de la collectivité fonctionnelle du domaine?

[1] Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, Bureau de la gestion de la collectivité des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers, janvier 2010.https://www.canada.ca/fr/secretariat-conseil-tresor/services/perfectionnement-professionnel/gestion-collectivites-secteur-services-acquis-actifs.html (Retour au paragraphe source)

[2] Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, Rapport sur les besoins prioritaires, 2001 (Retour au paragraphe source)

[3] Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, Programme de perfectionnement professionnel et de certification pour la collectivité des acquisitions, de la gestion du matériel et des biens immobiliers : Trousse d'apprentissage, février 2002. (Retour au paragraphe source)

[4] Ibid. (Retour au paragraphe source)

[5] Ce groupe sera appelé « responsables de la formation en AGMBI » dans le reste du présent rapport. (Retour au paragraphe source)

[6] Ci-après appelé « domaine fonctionnel des AGMBI ». (Retour au paragraphe source)

[7] Les particularités de la grille d'évaluation élaborée pendant la phase de planification de cette évaluation sont présentées à l'annexe 1. (Retour au paragraphe source)

[8] Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, Politique en matière d'apprentissage, de formation et de perfectionnement, janvier 2006. http://www.tbs-sct.gc.ca/pol/doc-fra.aspx?id=12405&section=text#cha1 (Retour au paragraphe source)

[9] Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, Directive sur l'administration de la formation indispensable, mai 2006. http://www.tbs-sct.gc.ca/pol/doc-fra.aspx?id=12407 (Retour au paragraphe source)

[10] Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, Des résultats pour les Canadiens et les Canadiennes : un cadre de gestion pour le gouvernement du Canada. https://www.tbs-sct.gc.ca/report/res_can/rc_bro-fra.asp (Retour au paragraphe source)

[11] Gouvernement du Canada, Plan d'action sur l'imputabilité fédérale, avril 2006. https://www.tbs-sct.gc.ca/faa-lfi/docs/ap-pa/ap-pa11-fra.asp (Retour au paragraphe source)

[12] Bureau du Conseil privé. Dix-septième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada, mars 2010. (Retour au paragraphe source)

[13] Gouvernement du Canada, Quatrième rapport au Premier ministre : Une fonction publique compétente et branchée, février 2010. (Retour au paragraphe source)

[14] Gouvernement du Canada, Plan d'action 2010-2011 pour le renouvellement de la fonction publique. http://publications.gc.ca/collections/collection_2011/bcp-pco/CP1-1-2011-fra.pdf (Retour au paragraphe source)

[15] École de la fonction publique du Canada, Rapport sur les plans et les priorités 2010-2011. https://csps-efpc.gc.ca/about_us/currentreport/archives/index-fra.aspx (Retour au paragraphe source)

[16] École de la fonction publique du Canada, Plan intégré 2008-2009 - 2010-2011. (Retour au paragraphe source)

[17] Les organisations recensées lors de l'analyse du contexte comprennent l'Institut canadien d'approvisionnement et de gestion du matériel (anciennement appelé « Institut de gestion du matériel du Canada »), le Conseil canadien des marchés publics, l'Institut des biens immobiliers du Canada, l'Association canadienne de gestion des achats, de même que les centres d'apprentissage et de formation de certains ministères et organismes fédéraux. (Retour au paragraphe source)

[18] Office des normes générales du Canada, norme relative aux Compétences des membres de la collectivité des approvisionnements, de la gestion du matériel et des biens immobiliers du gouvernement fédéral, juin 2005. (Retour au paragraphe source)

[19] Étant donné qu'un même fonctionnaire peut s'inscrire à plus d'un cours, les termes « participants » ou « apprenants » ne font pas référence à autant de personnes. (Retour au paragraphe source)

[20] École de la fonction publique du Canada. Plan intégré 2008-2009 - 2009-2010. (Retour au paragraphe source)

[21] Selon les normes en matière de gain de connaissances de l'École, où un faible gain de connaissances est inférieur à 10 %, un gain de connaissances moyen équivaut à 10 à 20 % et un gain de connaissances élevé est supérieur à 20 %. (Retour au paragraphe source)

[22] École de la fonction publique du Canada, Rapport sur les plans et les priorités 2010-2011, 2010 Plans et rapports (Retour au paragraphe source)

[23] Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, Bureau de la gestion de la collectivité des AGMBI, Manuel du Programme de certification, janvier 2010 (Retour au paragraphe source)

[24] École de la fonction publique du Canada, Protocole d'entente entre l'École de la fonction publique du Canada et le Secrétariat du Conseil du Trésor, mars 2009 à mars 2012, 2009. (Retour au paragraphe source)

En vedette

Remplissez le questionnaire du Recensement de 2021 dès aujourd'hui!

Aidez votre collectivité à prendre des décisions en éducation, transport, soins de santé, et services de logement.

Mois national de l'histoire autochtone

Cette année, le Mois national de l'histoire autochtone est consacré aux enfants disparus, aux familles qu'ils ont laissées derrière eux et aux survivants des pensionnats.

Ce site web est continuellement mis à jour en fonction de vos commentaires.

Dites-nous ce que vous en pensez.
Sur quelle plateforme porte votre commentaire (obligatoire)
Date de modification :